Agraulis vanillae (Linnaeus, 1758)

Description : Seul membre de la sous-famille à avoir été observé au Canada, l'Agraulis vanillae a lesailes longues et pointues, orange brillant sur le dessus. Les nervures de l'aile antérieure sont surlignées de noir, plus largement vers l'extrémité de l'aile. La bordure foncée de l'aile postérieure contient des croissants orange. En dessous, l'aile postérieure et la région apicale de l'aile antérieure sont ornées de taches allongées argentées à reflets métalliques. Envergure : 72 à 100 mm.

Répartition géographique : Commun dans les régions néotropicales, l'A. vanillae a été observé au cours des années de migrations jusqu'au Dakota du Nord et dans l'État de New York, et deux fois au Canada (voir la section Période de vol, ci-dessous).

Espèces semblables : L'A. vanillae ressemble superficiellement aux argynnes du genre Speyeria, mais il a les ailes beaucoup plus allongées et plus pointues.

Stades immatures : La chenille a le corps noir luisant, hérissé d'épines, marqué des bandes orange et jaunes. L'A. vanillae ne se reproduit pas au Canada, car aucune de ses plantes hôtes (Passiflora spp.) ne s'y rencontre.

Abondance : Cette espèce est considérée comme un visiteur rare au Canada.

Période de vol : Ce papillon vole douze mois par année dans le sud des États-Unis. Dans le nord des États-Unis, les individus errants sont habituellement observés à la fin de l'été ou au début de l'automne. Au Canada, l'espèce a été observée deux fois, à Aweme, au Manitoba (Brooks, 1942), et à Shilo, au Manitoba, par George Holland, le 10 juin 1991.

Comportement et habitat : Dans le Sud, l'A. vanillae visite régulièrement les fleurs et s'aventure souvent dans les jardins et les milieux ouverts.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.