Amblyscirtes simius (W.H. Edwards, 1881)

Description : Cette très petite hespérie (envergure : 21 à 23 mm) a le dessus des ailes brun terne. L'aile antérieure est ornée d'une bande médiane de taches pâles, et l'aile postérieure, d'une bande partielle. Chez le mâle, le ptérostigma est petit et foncé. Les franges des ailes sont blanches. En dessous, l'aile postérieure et l'apex de l'aile antérieure sont gris, ornés d'une bande pâle transversale.

Répartition géographique : L'Amblyscirtes simius se rencontre dans une étroite bande de territoire qui s'étend du Texas au Dakota du Nord. Au Canada, il a été observé trois fois dans le sud de la Saskatchewan.



Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : L'hespérie poivrée (A. hegon) et l'hespérie violacée (A. vialis) ont des taches blanches sur le dessus de l'aile antérieure, tandis que l'A. oslari n'a pas de bande médiane de tachespâles sur le dessus de l'aile. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est non décrite. La plante hôte est le boutelou gracieux (Bouteloua gracilis).

Abondance : L'A. simius est peu commun aux États-Unis, très rare au Canada.

Période de vol : L'A. simius produit une seule génération par année et vole du milieu de juin au début de juillet le long de la frontière canado-américaine. Plus au sud, plusieurs générations se succèdent chaque année.

Comportement et habitat : L'A. simius se rencontre uniquement dans la prairie indigène très sèche à graminées courtes.

Observations : Le premier individu observé au Canada était un mâle fraîchement émergé capturé par Ronald Hooper près de Rosefield, en Saskatchewan, le 27 juin 1968, sur un talus de prairie sec bordant la vallée de la rivière Frenchman. Scott (1986) fait partie d'un grand nombre d'auteurs qui, depuis 1916, soutiennent pour diverses raisons que l'A. simius n'appartient pas réellement au genre Amblyscirtes. Pourtant, à ce jour, aucun d'entre eux n'a créé un genre pour cette espèce.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.