Papillon du micocoulier (Asterocampa celtis) (Boisduval and Le Conte, 1835)

Description : Chez cette espèce de taille moyenne (envergure : 39 à 47 mm), le dessus des ailes est fauve foncé à brun-gris chez le mâle, fauve plus pâle chez la femelle. Les ailes sont marquées d'un réseau complexe de taches chez les deux sexes. L'extrémité de l'aile antérieure est foncée, avec une tache blanche. L'aile antérieure est ornée d'une série irrégulière de taches blanches dans sa portion externe, d'une grande tache noire près du bord externe et d'une barre et de deux taches foncées dans sa région basale, le long du bord costal.

Sous-espèces : Seule la sous-espèce nominale se rencontre au Canada.

Répartition géographique : Comme il est confiné aux seules régions où pousse sa plante hôte, le papillon du micocoulier se rencontre au Canada uniquement dans la vallée du Saint-Laurent, vers l'est jusqu'à Beauport au Québec, et dans le sud-ouest de l'Ontario. Sa présence au Manitoba a été observée seulement une fois, à Souris.

Espèces semblables : L'Asterocampa celtis se distingue de l'A. clyton principalement par sa barre pleine foncée et ses deux taches foncées près du bord costal de l'aile antérieure; chez l'A. clyton, ces deux taches forment deux barres foncées. En outre, les taches pâles sur l'aile antérieure sont blanches chez l'A. celtis, tandis qu'elles sont jaune pâle chez l'A. clyton. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est vert brillant, avec deux larges bandes longitudinales jaunes sur le dos et deux lignes plus étroites sur les côtés, la première subdorsale et sinueuse, l'autre franchement latérale. L'arrière du corps est prolongé de deux courtes « queues », et la tête porte deux cornes jaunes ramifiées. Les chenilles se nourrissent de jeunes feuilles de micocoulier occidental (Celtis occidentalis) et de micocoulier rabougri(C. tenuifolia).

La description de l'image suit.
Papillon du micocoulier (Asterocampa celtis celtis). Pointe Pelée, Ont. J. Cossey

Abondance : Le papillon du micocoulier est généralement peu commun et forme des colonies localisées dans la majeure partie de son aire restreinte au Canada. Il peut cependant être commun à la pointe Pelée, en Ontario, dans les secteurs où le micocoulier est abondant.

Période de vol : Le papillon du micocoulier produit probablement deux générations dans l'est du Canada, mais dans plusieurs régions, cette hypothèse demeure à confirmer, car l'espèce n'y a été observée qu'une fois. À la pointe Pelée, la première génération vole en juillet et au début d'août, et la deuxième, de la mi-août à la mi-septembre (Wormington, 1983).

Comportement et habitat : Le papillon du micocoulier vole rapidement et attaque tous les papillons et même les humains qui s'aventurent dans son territoire. Il est habituellement observé sur le feuillage de son hôte ou à proximité, ou sur le sol, posé sur un fruit fermenté ou sur des déjections d'animaux.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.