Sachem (Atalopedes campestris) (Boisduval, 1852)

Description : Le mâle a le dessus des ailes orange vif, avec les bordures brun foncé. Le ptérostigma est noir et rectangulaire. La femelle est de couleur variable, d'aspect strié sur le dessus, avec une tache transparente rectangulaire près de l'extrémité de l'aile antérieure; le dessous de l'aile postérieure est brun jaunâtre, avec une bande médiane de taches crème plus ou moins carrées. Envergure : 23 à 30 mm.

Sous-espèces : Seule la sous-espèce nominale est présente au Canada. Certains auteurs ont associé les spécimens provenant de l'est de l'Amérique du Nord à la sous-espèce huron, mais cette population ne nous apparaît pas suffisamment distincte pour être traitée comme une sous-espèce.

Répartition géographique : L'Atalopedes campestris est une espèce résidente seulement dans le sud des États-Unis, mais il migre vers le nord chaque année et se rencontre alors dans la majeure partie des États-Unis. Il atteint occasionnellement le Canada dans le sud de l'Ontario, le sud-est du Manitoba et le sud de l'intérieur de la Colombie-Britannique.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Le mâle est unique. Les femelles foncées peuvent être confondues avec des femelles de l'Hylephila phyleus ou avec l'hespérie à taches vitreuses (Pompeius verna), mais cette dernière n'a pas de bande médiane distincte en dessous de l'aile postérieure. Àcause de ses longues ailes pointues, l'A. campestris pourrait être pris pour une espèce d'Hesperia, mais au Canada, seul l'H. ottoe possède des taches transparentes, et chez ce dernier, la bande médiane en dessous de l'aile postérieure est absente ou indistincte. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est vert olive foncé, avec une ligne brunâtre foncé sur le dos et de petites bosses plus foncées. La tête est noire. À l'état larvaire, le sachem se nourrit sur diverses graminées, dont le chiendent pied-de-poule (Cynodon dactylon). Il a été observé sur la digitaire sanguine (Digitaria sanguinalis) à la pointe Pelée (Alan Wormington, comm. pers.)

Abondance : Le sachem est commun dans le sud des États-Unis, mais plus rare vers le nord et toujours très rare au Canada.

Période de vol : Au Canada, le sachem est plus susceptible d'être observé à la fin de l'été, mais il s'y rencontre parfois en juin et peut s'y reproduire. Dans ce cas, la génération issue de cette cohorte migratrice vole à partir d'août jusqu'au milieu d'octobre.

Comportement et habitat : Le sachem se rencontre dans presque tous les milieux dégagés, y compris les habitats perturbés, les pelouses et les bords de route.

Observations : Le seul individu observé au Manitoba a été photographié par Peter Taylor à East Braintree, le 9 juillet 1991. En juin 1988, une forte migration a été observée dans le sud-ouest de l'Ontario, et des individus ont été capturés en plusieurs endroits. L'espèce s'est reproduite à la pointe Pelée, et les adultes de la deuxième génération ont émergé en août (Wormington, 1989).

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.