Boloria napaea (Hoffmansegg, 1804)

Description : Le dessus des ailes est orange, suffusé de noir mat à la base, avec de petites marques noires. Le Boloria napaea se distingue des autres espèces qui lui ressemblent par la forme anguleuse de son aile postérieure. En dessous, l'aile postérieure est orange, avec une bande transversale jaune plus pâle et un croissant blanc brillant à l'extrémité de la cellule, le long du bord supérieur de la bande transversale. La femelle est plus grande que le mâle et a le dessus des ailes jaune sale, avec des marques noires plus accentuées. Envergure : 28 à 38 mm.

Sous-espèces : Deux des trois sous-espèces présentes dans l'ouest de l'Amérique du Nord se rencontrent au Canada. La sous-espèce alaskensis occupe la majeure partie de l'aire de l'espèce au pays. La sous-espèce nearctica, à la livrée plus sombre et plus contrastée, habite la portion septentrionale de l'aire de l'espèce, y compris l'île Victoria.

Répartition géographique : Le B. napaea se rencontre en Eurasie et en Amérique du Nord, depuis l'Alaska jusqu'au Wyoming, en colonies dispersées. Au Canada, il est observé surtout dans l'ouest de la région arctique, vers l'est jusqu'à l'île Austin, près d'Arviat (pointe Eskimo), au Nunavut. Il forme également des colonies isolées au sud de la portion la plus septentrionale des Rocheuses, dans le nord de la Colombie-Britannique et de l'Alberta.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Les autres bolorias foncés ressemblent au B. napaea, mais ils ne montrent pas de croissant blanc en dessous de l'aile postérieure et n'ont pas l'aile postérieure anguleuse.

Stades immatures : On ne connaît pas toutes les plantes hôtes du B. napaeaau Canada. L'espèce a cependant été observée sur la renouée vivipare (Polygonum viviparum) en Colombie-Britannique (Scott, 1986).

Abondance : Ce papillon est relativement commun dans l'ouest de la région arctique, mais il est rare et présente une distribution localisée dans le nord des Rocheuses.

Période de vol : Le B. napaea produit une seule génération par année et vole à la fin de juin et enjuillet.

Comportement et habitat : Les mâles volent rapidement au ras du sol, continuellement à la recherche de femelles, dont le vol est plus lent. Ils interrompent occasionnellement leurs recherches pour se nourrir sur les fleurs.

Observations : Selon une hypothèse formulée par Crosson du Cormier (1977), dans le cadre d'une étude du groupe Boloria napaea, la sous-espèce alaskensis serait une espèce distincte volant dans le nord de l'Eurasie et en Amérique du Nord, tandis que le Boloria napaea vivrait en Europe et dans les montagnes du centre de l'Asie. Cette opinion repose principalement sur des détails des dessins alaires. Parmi les spécimens nord-américains, russes et suédois que nous avons examinés, la variabilité des dessins alaires est extrêmement élevée. À notre avis, cette question demeurera irrésolue tant que des recherches approfondies n'auront pas été effectuées sur le terrain en Russie.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.