Boloria polaire (Boloria polaris) (Boisduval, 1828)

Description : Le Boloria polaris a le dessus des ailes orange terne, largement suffusé d'écailles foncées à la base. En dessous, l'aile postérieure est brun rougeâtre, avec une rangée marginale de taches blanches en forme de sablier et une rangée submarginale de points noirs coiffés de croissants blancs. La base de l'aile est irrégulièrement marbrée de blanc. Envergure : 32 à 38 mm.

Sous-espèces : Seule la sous-espèce nominale se rencontre en Amérique du Nord. Selon certains auteurs, les spécimens de Churchill, au Manitoba, appartiendraient à la sous-espèce stellata. Cette population a le dessus des ailes d'un orange plus brillant que les populations qui vivent dans le Grand Nord. Il convient toutefois de noter que la coloration est très variable chez cette espèce et que d'autres populations semblables se rencontrent en divers endroits de l'ouest de la région arctique.

Répartition géographique : Le boloria polaire est une autre espèce holarctique confinée aux régions arctiques de l'Amérique du Nord et de l'Eurasie. Il se rencontre dans tout le nord du Canada, de l'Alaska au Labrador. Seulement six espèces de papillons diurnes volent dans l'île d'Ellesmere, et le boloria polaire est du nombre. Vers le sud, on le retrouve jusque dans le chaînon Butler en Colombie-Britannique, et à Churchill au Manitoba.

Espèces semblables : Le boloria polaire ressemble au boloria de Freya (B. freija), mais les taches marginales blanches qui ornent le dessous de son aile postérieure sont en forme de sablier, et non en losange. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille n'a apparemment pas encore été décrite, mais selon Klassen et al. (1989), elle aurait été trouvée sur diverses espèces de dryades (Dryas spp.) et sur l'airelle des marécages (Vaccinium uliginosum) au Manitoba. Le cycle de vie est étalé sur deux ans.

La description de l'image suit.
Boloria polaire (Boloria polaris polaris).
Churchill, Man. J.T. Troubridge

Abondance : Le boloria polaire est considéré comme relativement commun.

Période de vol : Le boloria polaire vole en juin et en juillet. Des adultes ont cependant été observés au début d'août dans les portions les plus méridionales de l'aire de l'espèce, comme le Manitoba et le Labrador. Dans la plupart des régions où il est présent, le boloria polaire vole chaque année, mais en certains endroits, il ne vole qu'une année sur deux. À Churchill, par exemple, les adultes se rencontrent seulement les années impaires.

Comportement et habitat : Le boloria polaire est une espèce typiquement arctique. Doté d'un vol rapide et erratique, il se déplace au ras du sol dans la toundra, mais il s'arrête fréquemment pour se chauffer au soleil afin d'obtenir l'énergie dont il a besoin pour voler.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.