Lutin brun (Callophrys augustinus) (Westwood, 1852)

Description : De petite taille (envergure : 19 à 26 mm), le Callophrys augustinus est le plus répandu de nos lutins. Le dessus des ailes est brun-gris terne chez le mâle, légèrement plus orangé chez la femelle. En dessous, la moitié apicale des ailes, d'un marron pâle distinctif, contraste fortement avec la moitié basale, qui est brun foncé; le milieu de la portion pâle est marqué d'une rangée de petites taches noires.

Sous-espèces : Trois sous-espèces sont reconnues au Canada. La sous-espèce nominale augustinus se rencontre dans la plupart des régions de l'est du Canada jusqu'en Alberta, vers l'ouest. La sous-espèce iroides vole dans l'ouest du Canada. La sous-espèce helenae, décrite du sud-ouest de Terre-Neuve et reconnaissable au contraste un peu plus marqué entre les portions foncée et pâle en dessous des ailes, vit à Terre-Neuve et dans l'île du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse. Récemment, des individus de la sous-espèce augustinus à zones pâle et foncée extrêmement contrastées déterminant des bandes ont été trouvés dans la presqu'île Avalon, dans le sud-est de Terre-Neuve. Ces spécimens ressemblent davantage à des Callophrys mossii qu'à des C. augustinus. De deux choses l'une, ou la description de la sous-espèce helenae est inadéquate, ou une autre sous-espèce distincte habite le sud-est de Terre-Neuve.

Répartition géographique : Typiquement un papillon de la zone boréale canadienne, le lutin brun se rencontre au Canada de l'île de Vancouver à la presqu'île Avalon, à Terre-Neuve. Son aire s'étend vers le sud dans les régions montagneuses de l'est et de l'ouest des États-Unis. Il est présent dans la forêt boréale depuis Goose Bay, au Labrador, et la baie James, en Ontario et au Québec, jusqu'à la limite des arbres dans la vallée du Mackenzie et à la rivière Eagle, le long de la route Dempster, dans le nord du Yukon. Dans le sud du Canada, on le retrouve partout où les conditions du sol permettent la croissance de ses plantes hôtes.


Données sur les collections de spécimens

Espèces semblables : Les deux espèces de lutins qui lui ressemblent le plus au Canada sont le C. mossii et le lutin grisâtre (C. polia). Toutefois, chez ces deux espèces, la moitié apicale plus pâle de l'aile postérieure, en dessous, est marquée de gris argenté. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est olive à vert-jaune, avec une ligne jaune sur le dos et des lignes obliques sur les côtés. Elle se nourrit des fleurs, des fruits et des feuilles de nombreuses plantes, généralement des éricacées, dont diverses espèces de bleuets (Vaccinium spp.), le raisin d'ours (Arctostaphylos uva-ursi ), le cassandre caliculé (Chamaedaphne calyculata) et le thé du Labrador (Ledum groenlandicum).

Abondance : Le C. augustinus est généralement commun localement et est l'espèce de lutin la plus souvent rencontrée dans la plupart des régions du Canada.

Période de vol : Le lutin brun vole du début de mai au milieu de juin dans la plupart des régions de l'est du Canada où il se rencontre. Dans l'ouest et le nord du Canada, il est observé un peu plus tardivement, du milieu de mai à la fin de juin. En Colombie-Britannique, la sous-espèce iroides vole de mars à juin.

Comportement et habitat : Au Canada, le lutin brun se rencontre presque partout dans les habitats à sol acide comme les tourbières, les terrains dénudés et les forêts de conifères où poussent ses plantes hôtes. Il vole souvent en compagnie d'autres espèces de lutins et se pose souvent sur le sable ou la terre humide pour se désaltérer.

Observations : Cet intéressant petit papillon a été nommé en l'honneur d'Augustus, un des guides inuit qui participait à l'expédition John Franklin dans l'Arctique au XIXe siècle. John Richardson, le naturaliste de l'expédition, voulait ainsi reconnaître le dévouement dont avait preuve Augustus à l'égard des membres de l'expédition. L'auteur du nom augustinus est Westwood. Ferris (1989:30) a indiqué que le nom spécifique augustus (W. Kirby, 1837) devait être remplacé par augustinus (Westwood, 1852). Malheureusement, dans sa liste d'espèces, il mentionne accidentellement Kirby, 1873 (Ferris, 1989:82) comme l'auteur d'augustinus, se trompant à la fois d'auteur et d'année. Cette erreur a depuis été répétée par de nombreux auteurs.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.