Lutin givré (Callophrys irus) (Godart, 1824)

Description : Ce lutin terne a le dessus des ailes brun-gris chez le mâle, plus rougeâtre chez la femelle. En dessous, le contraste entre la moitié basale et la moitié apicale des ailes est moins prononcé que chez les autres espèces de lutins. La base des ailes est saupoudrée d'écailles grisâtres. L'aile postérieure est pourvue d'une petite queue tronquée. En dessous, une petite tache foncée se découpe sur le fond de l'aile postérieure, tout juste au-dessus de la queue. Envergure : 22 à 24 mm.

Sous-espèces : Seule la sous-espèce nominale se rencontre (ou se rencontrait) au Canada.

Répartition géographique : Assez répandu dans l'est des États-Unis, le Callophrys irus a été observé uniquement dans le sud de l'Ontario au Canada. Toutes les anciennes colonies se trouvaient dans la région de St. Williams, en Ontario. Les anciennes mentions indiquant la présence de l'espèce dans le parc provincial Pinery résultent d'une confusion avec le C. polia.


Données sur les collections de spécimens

Espèces semblables : Le lutin des bleuets (C. henrici) n'a pas de tache foncée au-dessus de la queue et a le dessous des ailes divisé en deux moitiés contrastées brun rougeâtre et brun jaunâtre. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est vert-bleu pâle, avec plusieurs lignes blanches sur le dos et une de chaque côté du corps, et des traits obliques blancs entre chaque ligne. Bien qu'elle ait été trouvée uniquement sur le lupin vivace (Lupinus perennis) en Ontario, il se peut qu'elle se nourrisse aussi sur la baptisie des teinturiers (Baptisia tinctoria), comme dans l'État de New York (Shapiro, 1974).

Abondance : À l'échelle de son aire, le lutin givré se rencontre habituellement à proximité de sa plante hôte. En Ontario, il n'a jamais été commun, et ses effectifs à St. Williams ont tellement décliné qu'il semble disparu de la région (Holmes et al., 1991).

Période de vol : Le lutin givré vole du milieu de mai au début de juin en Ontario.

Comportement et habitat : Le C. irus se rencontre dans les forêts clairsemées de seconde venue où le pin et le chêne dominent et le long des routes avoisinantes où des colonies de lupin sont établies. Les colonies de ce papillon semblent instables.

Observations : Le nom du lutin givré a été inscrit sur la liste des espèces en danger de disparition en Ontario. Toutefois, comme sa présence en Ontario n'a pas été observée depuis 1988, cette mesure est peut-être survenue trop tard. Les membres de la Toronto Entomologists Association suivent la situation de près.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (he Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.