Callophrys johnsoni (Skinner, 1904)

Description : Le Callophrys johnsoni est une espèce de l'Ouest légèrement plus grande (envergure :25 à 30 mm) que la plupart de ses congénères. Il atteint à peine le Canada dans le sud de la Colombie-Britannique. Le dessus des ailes est brun chocolat chez le mâle, brun rougeâtre chez la femelle. Le dessous des ailes est brun, avec une fine ligne post médiane blanche.

Répartition géographique : Le C. johnsoni se rencontre dans une bande de territoire relativement étroite qui s'étend du centre de la Californie à la Colombie-Britannique. Dans cette province, il a été observé principalement dans la région de Vancouver et d'Agassiz. Seulement quatre colonies importantes sont connues, trois dans la région de Vancouver (parcs Stanley, Lynn Canyon et Pacific Spirit) et une dans la région d'Agassiz (Centre forestier Haney de l'UBC) (Guppy et al. 1994).

Espèces semblables : En dessous, le C. johnsoni est semblable au C. spinetorum, mais il n'a aucune trace de bleu sur le dessus des ailes. Il ressemble également aux C. rosneri et C. barryi, maischez ces deux espèces, le dessous de l'aile postérieure est teinté de violet grisâtre et d'un brun moins riche que chez le C. johnsoni, et le dessus de l'aile antérieure est marginé d'une bande brun foncé contrastée. Par comparaison, chez le C. johnsoni, l'aile s'assombrit graduellement vers le bord externe. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est presque identique à celle du C. spinetorum (Scott, 1986). Laseule plante hôte connue du C. johnsoni est le faux-gui campylopode (Arceuthobium campylopodum),un parasite de la pruche de l'Ouest.

Abondance : Le C. johnsoni est considéré comme rare et peu répandu à l'échelle de son aire restreinte et figure sur la liste des espèces en danger de disparition en Colombie-Britannique (Guppyet al., 1994).

Période de vol : Ce porte-queue vole en mai en Colombie-Britannique, mais jusqu'en juin et en juilletplus au sud.

Comportement et habitat : Ce papillon est rarement observé, peut-être parce qu'il demeure au niveau de la cime des conifères, là où pousse sa plante hôte (Pyle, 1981). Il se rencontre habituellement à proximité de peuplements denses de pruche de l'Ouest, mais il s'aventure dans les milieux dégagés adjacents pour se nourrir sur les fleurs.

Observations : Le C. johnsoni est généralement rare, mais il a déjà connu quelques brèves mais importantes pullulations en Californie (Pyle, 1981).

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.