Lutin grisâtre (Callophrys polia) (Cook & Watson, 1907)

Description : Ce très petit lutin (envergure : 19 à 26 mm) sans queue est brun sur ses deux faces. Il se reconnaît à sa bande marginale gris givré en dessous des ailes.

Sous-espèces : La sous-espèce nominale a le dessus des ailes brun roux et se rencontre dans l'est du pays. La sous-espèce obscura, plus grise sur le dessus, la remplace vers l'ouest à partir de l'ouest du Manitoba.

Répartition géographique : Au Canada, le Callophrys polia présente sensiblement la même aire quele lutin brun (C. augustinus), mais il n'est pas aussi répandu d'est en ouest. Il se rencontre depuis le sud de la Nouvelle-écosse (aucune mention de Terre-Neuve ni de l'île du Prince-édouard) jusque dans le sud du Québec (une mention isolée de Kuujjuarapik [Grande rivière de la Baleine], au Québec) et de l'Ontario. Il se rencontre également au Manitoba jusqu'à Churchill au nord, dans les Territoires des Nord-Ouest jusqu'au Grand lac des Esclaves à l'ouest et, vers le nord, jusqu'au Yukonet en Alaska. Sa présence n'a pas été observée dans l'ouest de la Colombie-Britannique. Aux états-Unis, il est présent dans les montagnes jusqu'en Virginie et au Nouveau-Mexique.

Espèces semblables : Le lutin des bleuets (C. henrici) et le lutin givré (C. irus) ont également une zone grisâtre en dessous de l'aile postérieure, mais ils ont une courte queue sur l'aile postérieure. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est vert clair, avec des lignes d'un vert plus pâle sur le dos et lescôtés et des marques obliques de la même couleur sur les flancs. Elle se nourrit généralement sur le raisin d'ours (Arctostaphylos uva-ursi), mais elle a été observée sur l'épigée rampante (Epigaea repens) dans plusieurs localités du Nouveau-Brunswick où le raisin d'ours était absent. En 1993, des oeufs ont été trouvés sur des plants d'épigée rampante, et les chenilles ont bouclé leur développement en se nourrissant des fleurs et des graines en formation de cette plante (Reginald Webster, comm. pers.).

Abondance : Le lutin grisâtre se rencontre généralement à proximité de sa plante hôte, mais il peut être relativement commun à certains endroits. Il est le lutin le plus commun au Manitoba (Klassen etal., 1989).

Période de vol : Dans la plupart des régions, ce lutin ne vole que quelques semaines, à partir d'avril en Colombie-Britannique, généralement en mai et au début de juin ailleurs.

Comportement et habitat : Le lutin grisâtre se rencontre à proximité de sa plante hôte, habituellement près de tourbières et des terrains dénudés et sur le bord des boisés secs. Il se pose souvent sur les fleurs de raisin d'ours pour se nourrir de nectar et sur le sol humide pour se dés altérer.

Observations : Nous avons souvent trouvé ce papillon en repérant les endroits où poussait sa plantehôte et en revisitant ces habitats en mai pour observer les adultes. Dans la région d'Ottawa, le lutin grisâtre était tenu pour rare jusqu'à ce que de nombreuses colonies soient découvertes selon cette méthode. Il pourrait être plus répandu qu'on le croit dans le nord du Québec et de l'Ontario, mais les rares collectionneurs qui visitent ces régions le font généralement trop tard dans la saison pour pouvoir l'observer.

© 2002. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.