Azur printanier (Celastrina ladon) (Cramer, [1780])

Description : Le Celastrina ladon fait partie d'un complexe d'espèces étroitement apparentées qui est actuellement à l'étude en Amérique du Nord (voir la section Observations). Le dessus des ailes est bleu pâle (bleu violacé dans l'Ouest canadien), avec une large bordure gris noirâtre occupant le quart externe de l'aile antérieure chez la femelle. En dessous, les ailes sont gris brunâtre, avec des taches gris foncé et une ligne submarginale dentelée sur l'aile postérieure (forme « violacea »). Dans la plupart des régions du Canada, une plage d'écailles gris foncé marque le bord de l'aile postérieure (forme « marginata ») ou réunit plusieurs des taches au milieu de l'aile postérieure (forme « lucia »). Chez d'autres individus, cette plage d'écailles gris foncé est présente dans les deux zones. Envergure : 18 à 28 mm.

Sous-espèces : La sous-espèce lucia vole dans la plupart des régions du Canada; le dessus des ailes est bleu pâle, tandis que le dessous de l'aile postérieure porte des taches marginales ou centrales gris foncé. La sous-espèce nominale ladon (Cramer) est présente dans tout l'est des États-Unis; en dessous, l'aile postérieure est dépourvue de taches gris foncé (forme « violacea »). Desformes ressemblant à ces deux sous-espèces se rencontrent dans une zone de mélange entre ces deux taxons dans le sud-est du Canada et le nord-est des États-Unis. La sous-espèce nigrescens vit dans le sud-ouest de l'Alberta et le sud de la Colombie-Britannique, jusque dans la vallée de l'Okanagan vers l'ouest; chez le mâle, le dessus des ailes est d'un bleu violacé plus foncé, tandis que chez la femelle, la moitié externe de l'aile antérieure et une portion variable de l'aile postérieure sont envahies de gris; le dessous des ailes est brun-gris pâle, et les formes « violacea » et « lucia » sont toutes deux communes. La sous-espèce echo se rencontre dans le sud-ouest de la Colombie-Britannique; elle est semblable à la sous-espèce nigrescens, mais elle a le dessous des ailes d'un gris plus pâle, et la forme « lucia » est très rare.

Répartition géographique : L'azur printanier se rencontre partout au Canada jusqu'à la limite des arbres.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : L'azur estival (C. neglecta ) est plus grand et vole plus tard que l'azur printanier, habituellement du milieu de juin au début de septembre; les zones bleues, en particulier sur l'aile postérieure, sont voilées d'écailles blanches, et le dessous des ailes est blanc ou gris très pâle, avec de minuscules taches foncées. Le Celastrina sp. est très semblable à l'azur printanier sur ses deux faces, mais il est généralement un peu plus pâle et se rencontre après l'azur printanier, à la fin de mai et en juin. [images comparatives]

Stades immatures : Les femelles déposent leurs oeufs individuellement sur les bourgeons floraux des plantes hôtes. Les chenilles se nourrissent des fleurs et des fruits en développement et sont prises en charge par les fourmis. Elles sont habituellement vertes, parfois brun jaunâtre ou brun rougeâtre, avec une bande plus foncée sur le milieu du dos. L'azur printanier hiberne au stade nymphal et émerge au début du printemps. À l'état larvaire, l'azur printanier se nourrit sur un grand nombre d'espèces d'arbres et d'arbustes à fleurs blanches. Au Canada, il affiche une préférence pour les cerisiers (Prunus spp.), les bleuets (Vaccinium spp.) et les viornes à floraison hâtive (Viburnum spp.).

La description de cette image suit.
Azur printanier
(Celastrina ladon lucia),
chenille. W. Lukey.

Abondance : Au Canada, l'azur printanier est passablement commun dans la plupart des régions où il est présent, mais il n'est jamais abondant. Il est peu commun à rare dans le sud de l'Ontario et y est davantage confiné aux boisés décidus riches que dans les régions plus nordiques.

Période de vol : L'azur printanier vole du début d'avril au milieu de mai dans le sud de l'Ontario, et de la fin d'avril au milieu de juin dans le reste de son aire au Canada. La période de vol est généralement plus tardive dans le Grand Nord et les régions maritimes plus fraîches.

Comportement et habitat : Les adultes se rencontrent généralement dans les boisés clairsemés et le long des boisés où les arbustes à fleurs sont nombreux.

Observations : Des travaux récents et des études en cours (p. ex. Pratt et al., 1994; Wright, 1995) ont révélé que le complexe de l'azur printanier pourrait réunir jusqu'à six espèces confondues sous ce même nom. Nous traitons ici des trois espèces reconnues comme présentes au Canada. Deux autres, soit le C. neglectamajor Tutt et le C. violacea (W.H. Edwards), se rencontrent très près de la frontière canado-américaine, sur la rive sud du lac Érié, et pourraient être présentes dans le sud de l'Ontario. Le cas échéant, ces espèces devraient être découvertes à proximité de leurs plantes hôtes, soit le cimicaire à grappes (Cimifuga racemosa ) et le cornouiller fleuri (Cornus florida ), respectivement. L'azur printanier a été considéré comme formant une seule et même espèce avec l'azuré des nerpruns (C. argiolus (Linné)) d'Eurasie, mais ceci reste à démontrer, compte tenu des différences liées à l'apparence et au choix des plantes hôtes relevées entre ces deux papillons.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.