Azur estival (Celastrina neglecta) (W.H. Edwards, 1862)

Description : Jusqu'à récemment, le Celatrina neglecta était considéré comme la forme estivale de l'azur printanier (C. ladon). Le dessus des ailes est bleu pâle, fortement saupoudré d'écailles blanches, en particulier l'aile postérieure. Chez certaines femelles, le bleu est presque entièrement remplacé par leblanc et ne subsiste que près de la base des ailes. Chez la femelle, le tiers externe et le bord costal de l'aile antérieure sont largement marginés de gris noirâtre. En dessous, les ailes sont blanc crayeux àgris pâle, avec de très petites taches gris foncé, et une ligne submarginale dentelée sur l'aile postérieure. Envergure : 23 à 29 mm.

Sous-espèces : La sous-espèce nominale neglecta se rencontre dans le sud-est du Canada. La sous-espèce argentata est plus blanche en dessous que la sous-espèce neglecta, avec de minuscules points foncés; elle est présente dans le sud du Manitoba et de la Saskatchewan.

Répartition géographique : L'azur estival se rencontre dans tout le sud du Canada, de la Nouvelle-Écosse jusque dans le sud de la Saskatchewan.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Voir la discussion sous Azur printanier (C. ladon).

Stades immatures : Les stades immatures de l'azur estival ressemblent à ceux de l'azur printanier (C. ladon), à la différence près que la chrysalide, stade sous lequel l'espèce passe l'hiver, n'émerge pas lorsque les températures s'élèvent au printemps et demeure en diapause jusqu'au début de l'été. La chenille se nourrit sur divers arbustes qui fleurissent à la fin du printemps ou en été, comme les cornouillers (Cornus spp.), le céanothe d'Amérique (Ceanothus americanus ), les spirées (Spiraea spp.) et les viornes à floraison tardive (Viburnum spp.).

Abondance : L'azur estival est commun à abondant dans le sud de l'Ontario, mais moins commun que l'azur printanier dans la plupart des autres régions.

La description de cette image suit.
Azurs printaniers
(Celastrina neglecta neglecta),
attroupement sur sol humide.
Pointe Pelée, Ont. J. Cossey

Période de vol : L'azur estival produit deux à trois générations par année et vole du milieu de juin au début de septembre. Les adultes des deuxième et troisième générations sont rares, sauf dans le sud de l'Ontario.

Comportement et habitat : Comme l'azur printanier (C. ladon), l'azur estival se rencontre dans les boisés clairsemés, mais il s'aventure plus souvent dans des milieux plus ouverts comme les parcs urbains et les champs envahis par les mauvaises herbes.

Observations : L'azur estival était autrefois assimilé à la deuxième génération de l'azur printanier. La plupart des chrysalides de l'azur printanier (C. ladon) subissent une diapause et émergent seulement au printemps suivant. En comparaison, l'azur estival peut produire plusieurs générations successives tant que les conditions météorologiques le permettent, mais la levée de la diapause nymphale survient plus tardivement au printemps, reportant l'émergence des adultes au début de l'été. Dans certaines régions, comme dans l'extrême sud-ouest de l'Ontario, l'azur printanier est rare, et ses effectifs ne peuvent y expliquer l'abondance de l'azur estival durant l'été.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.