Cercyonis oetus (Boisduval, 1869)

Description : Le Cercyonis oetus est également brun foncé, comme les deux espèces précédentes, mais il s'en distingue par son aile antérieure plus anguleuse à l'apex. Chez la femelle, l'aile antérieure est ornée de deux ocelles pupillés de blanc, et l'ocelle inférieur est plus petit que l'ocelle supérieur et plus près du bord externe de l'aile. Chez le mâle, seul l'ocelle supérieur est habituellement présent. L'aile postérieure est habituellement dépourvue d'ocelles. Chez le mâle, le ptérostigma est plus foncé et contraste davantage avec le fond de l'aile que chez les autres espèces, et il est plus étendu que chez le Satyre des prés (C. pegala). Envergure : 32 à 43 mm.

Sous-espèces : Trois sous-espèces ont été décrites, mais seule la sous-espèce silvestris se rencontre au Canada. Le statut subspécifique de la forme plus pâle des prairies et de la forme plus foncée des régions montagneuses demeure incertain.

Répartition géographique : Le C. oetus est présent dans la plupart des régions de l'ouest des États-Unis. Au Canada, il se rencontre du sud de la Saskatchewan jusque dans le sud de la Colombie-Britannique, et dans le district de la rivière de la Paix de la Colombie-Britannique. Il est absent de la côte Ouest. Il existe une mention nordique isolée de Fort McMurray, en Alberta.


Données sur les collections de spécimens

Espèces semblables : Le Satyre des prés (C. pegala) et le C. sthenele. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est jaunâtre ou vert blanchâtre, avec une bande vertfoncé lisérée de jaune sur le dos et plusieurs bandes pâles sur les côtés. La tête estverte, et les deux « queues » sont rougeâtres. À l'état larvaire, cette espèce se nourrit sur diverses graminées.

Abondance : Cette espèce est commune à abondante dans le sud de son aire au Canada.

Période de vol : Le C. oetus vole du début de juin au milieu de septembre.

Comportement et habitat : Le C. oetus se rencontre dans les boisés clairsemés dégagés, les broussailles, les arbustaies à armoise et les prairies; en Saskatchewan et en Alberta, il préfère les prairies à graminées très courtes. Il visite régulièrement les fleurs.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.