Colias alexandra (W.H. Edwards, 1863)

Description : Le Colias alexandra est l'un de nos plus grands (envergure : 38 à 57 mm) coliades. Chez le mâle, le dessus des ailes est jaune brillant, étroitement marginé de noir. Chez la sous-espèce alexandra, les franges des ailes sont jaunes, et le point discocellulaire argenté en dessous de l'aile postérieure n'est pas encerclé d'un anneau plus foncé; chez la sous-espèce columbiensis, il peut y avoir du rose dans les franges et autour du point discocellulaire argenté. La femelle de la sous-espèce alexandra peut présenter de petites zones foncées sur le bord des ailes, mais celle de la sous-espèce columbiensis a souvent les ailes uniformément pâles. La forme femelle blanche est commune, en particulier chez la sous-espèce columbiensis. La plage d'écailles réfléchissant les ultraviolets se trouve sur l'aile postérieure, entre le point central jaune et la bordure noire, et prend souvent l'aspect d'une grande tache jaune plus foncée que la base de l'aile et l'aile antérieure.

Sous-espèces : Deux sous-espèces volent au Canada. La sous-espèce nominale alexandra se rencontre dans les prairies de la Saskatchewan et de l'Alberta, et la sous-espèce columbiensis, dans le sud de la Colombie-Britannique.

Répartition géographique : Le C. alexandra se rencontre dans l'ouest de l'Amérique du Nord depuis le Nouveau-Mexique jusque dans le sud de la Saskatchewan, de l'Alberta et de la Colombie-Britannique. En Colombie-Britannique, il est plus commun dans les vallées de l'Okanagan et du Kootenay et dans les régions intérieures sèches s'étendant entre les monts Cariboo et le Fraser.

Espèces semblables : Le Colias occidentalis. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est verte, avec des bandes longitudinales alternativement pâles et foncées. De nombreuses légumineuses, dont des astragales (Astragalus spp.), sont utilisées comme plantes hôtes.

Abondance : Le C. alexandra est relativement commun à l'échelle de son aire.

Période de vol : Les adultes volent du milieu de mai à août.

Comportement et habitat : La sous-espèce alexandra préfère les prairies hautes, tandis que la sous-espèce columbiensis se rencontre surtout dans les forêts conifériennes clairsemées. Les deux sous-espèces visitent régulièrement les fleurs dans les prés et sur le bord des routes et les mares de boue.

Observations : Le C. alexandra et le Colias christina ont été considérés comme deux formes d'une seule espèce pendant une trentaine d'années. Ferris (1993) les a élevés au rang d'espèce distincte en tenant compte de leur répartition géographique, de leurs préférences à l'égard de l'habitat, des motifs alaires des femelles et de la répartition des plages d'écailles réfléchissant les ultraviolets chez les mâles. Voir également ci-dessus la section Observations sous Colias occidentalis.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.