Colias canadensis (Ferris, 1982)

Description : Cette espèce variable a habituellement les ailes orange jaunâtre pâle et ressemble à une forme pâle à bordures plus étroites du coliade orangé. La tache discoïdale noire au centre de l'aile antérieure et la tache orange sur l'aile postérieure peuvent être bien marquées ou à peine visibles. En dessous, l'aile postérieure est jaune sombre ou vert jaunâtre pâle, et le point discocellulaire, au centre de l'aile, est blanc, entouré d'un anneau rouge se prolongeant de façon imperceptible vers le bord externe de l'aile sous la forme d'un très court trait rouge. La plupart des femelles ont les ailes blanches (des formes orange pâle se rencontrent également); les bordures foncées sont larges et contiennent une rangée de grandes taches pâles. Envergure : 32 à 47 mm.

Répartition géographique : Le Colias canadensis se rencontre au Yukon, en Alaska et dans l'ouest des Territoires du Nord-Ouest. Vers le sud, il est présent jusque dans le nord de la Colombie-Britannique et de l'Alberta et dans les Rocheuses jusqu'au col Highwood, en Alberta.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Le mâle du C. canadensis est très semblable au coliade orangé, mais sur le dessus, les ailes sont d'un orange jaunâtre plus pâle, sans reflets iridescents violets, en général plus étroitement marginées de noir, et en dessous, l'aile postérieure est plus pâle et le trait rouge qui s'étend vers le bord de l'aile à partir du point discocellulaire est moins développé. La femelle ressemble à celle du C. philodice vitabunda, mais elle s'en distingue par le trait rouge qui s'étend à partir du point discocellulaire en dessous de l'aile postérieure et par l'absence de points foncés submarginaux en dessous des ailes. Voir également le coliade de Booth (C. tyche). [images comparatives]

Stades immatures : Les stades immatures du C. canadensis sont inconnus, mais cette espèce fait partie du groupe de coliades associés aux légumineuses à l'état larvaire.

Abondance : Ce papillon est passablement commun dans son aire restreinte dans le nord-ouest du Canada.

Période de vol : Le C. canadensis vole du début de mai au début d'août en Alberta et de la fin de mai au milieu de juillet plus au nord.

Comportement et habitat : Le C. canadensis se rencontre parmi les arbres rabougris dans les forêts clairsemées de la taïga et dans les arbustaies humides de la toundra, à égalité ou à proximité de la limite des arbres dans les montagnes et dans le Nord.

Observations : Cette espèce a d'abord été décrite comme une sous-espèce du coliade orangé (C. hecla). Il a par la suite été démontré que les aires du C. canadensis et du C. hecla se chevauchent largement au Yukon et en Alaska, et Ferris (1988) a élevé le C. canadensis au rang d'espèce distincte. Certains spécialistes pensent que le C. canadensis pourrait être une sous-espèce du C. tyche, car les aires de ces deux taxons se rejoignent dans le Nord. JDL a observé ensemble le C. hecla, le C. canadensis et le C. tyche dans les monts British, dans le nord du Yukon. Les trois espèces étaient facile mentre connaissables, ne semblaient pas s'hybrider et différaient l'une de l'autre par le moment où elle atteignait leur abondance maximale et par leurs préférences particulières à l'égard de l'habitat. En conséquence, nous continuons de considérer le C. canadensis comme une espèce valide. Dans les endroits où les trois espèces cohabitaient, c'est le C. canadensis qui émergeait en premier, suivi du C. tyche et, finalement, du C. hecla.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.