Coliade de la luzerne (Colias eurytheme) (Boisduval, 1852)

Description : Chez le mâle, le dessus des ailes est orange brillant lavé de doré ou en grande partie jaune, avec une plage orange au milieu (voir la section Observations). Les bordures des ailes sont entièrement noires chez le mâle, mais elle contiennent des taches jaunes chez la femelle. La forme femelle blanche est commune. Sur le dessus, la cellule de l'aile antérieure contient un point noir, et l'aile postérieure est marquée d'un point orange brillant. En dessous, le coliade de la luzerne ressemble au coliade du trèfle (C. philodice ). Envergure : 34 à 55 mm.

Répartition géographique : Le Colias eurytheme est très commun partout dans le sud des États-Unis et se rencontre assez haut dans le nord au Canada. Il est présent dans toutes les provinces, mais il est absent du Yukon, des Territoires du Nord-Ouest et du Nunavut. En Colombie-Britannique, il se rencontre principalement dans le sud de la province (p. ex. vallée du bas Fraser) et dans le district de la rivière de la Paix. Sa présence n'a jamais été signalée au Labrador, et il a été observé seulement deux fois dans le nord du Québec, à Rupert House et à Kuujjuarapik (Grande rivière de la Baleine).


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Le coliade du trèfle. Dans les provinces des Prairies, le coliade de la luzerne peut être confondu avec le C. christina. Chez le C. eurytheme, la plage orange atteint la base des ailes, tandis que chez le C. christina, le quart basal des ailes est jaune, les points submarginaux foncés sont réduits ou absents en dessous de l'aile postérieure, et le point discocellulaire est encerclé d'un seul anneau rouge et n'est habituellement pas accompagné d'un point satellite. Certains spécimens présentent des caractéristiques intermédiaires et pourraient êtredes hybrides. [images comparatives]

Stades immatures : Les stades immatures sont semblables à ceux du coliade du trèfle.

Abondance : Dans le sud du Canada (p. ex. sud de l'Ontario et du Manitoba), le coliade de la luzerne peut être abondant dans les champs de luzerne. À Ottawa, il est toujours moins commun que le coliade du trèfle, et ses populations fluctuent habituellement d'année en année (Layberry et al., 1982).

Période de vol : Deux générations, peut-être trois, se succèdent chaque année au Canada. Le C. eurytheme vole de mai à novembre dans le sud du Canada.

Comportement et habitat : Le coliade de la luzerne se comporte comme le coliade du trèfle et fréquente les mêmes habitats. Les deux espèces se côtoient souvent autour des mares de boue.

Observations : Le coliade de la luzerne et le coliade du trèfle sont souvent suffisamment abondants dans les champs de trèfle et de luzerne pour être considérés comme des ravageurs agricoles. Au printemps, les chenilles et les chrysalides sont sensibles aux températures plus fraîches et à la photopériode plus courte. En conséquence, chez la forme qui vole au printemps et au début de l'été, la taille est réduite, les bordures noires des ailes sont plus étroites et les plages orange sont souvent réduites à une simple tache au milieu des ailes. Autrefois, ces individus étaient considérés comme une forme hybride entre le C. philodice et le C. eurytheme. S'il est vrai que ces deux espèces peuvent s'hybrider, le phénomène demeure exceptionnel.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.