Coliade intérieur (Colias interior) (Scudder, 1862)

Description : Le Colias interior est un coliade de taille moyenne aux ailes frangées de rose vif. Chez le mâle, le dessus des ailes est jaune brillant, avec les bordures noires, celle de l'aile postérieure étant plus étroite. Le point noir dans la cellule de l'aile antérieure est à peine visible ou absent, tandis que le point discocellulaire au centre de l'aile postérieure est habituellement orange. En dessous, le point discocellulaire est argenté, annelé de rose, non accompagné d'un petit point satellite. Chez la femelle, les bordures noires sont considérablement réduites. La forme femelle blanche est rare. Envergure : 35 à 47 mm.

Sous-espèces : Aucune des sous-espèces nommées par certains auteurs dans le passé n'est reconnue de nos jours.

Répartition géographique : Le coliade intérieur est une espèce de la zone boréale, mais il se rencontre également aux États-Unis jusqu'en Oregon vers l'ouest et, dans l'est, dans les Appalaches depuis la Nouvelle-Angleterre jusqu'en Virginie. Il est répandu dans toutes les provinces et dans le sud des Territoires du Nord-Ouest, à Fort Smith et le long de la rivière Little Buffalo.

Espèces semblables : Le C. gigantea et le C. pelidne. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est vert-jaune avec des bandes dorsales pâles et une bande latérale blanche sillonnée d'une ligne rouge et partiellement lisérée de bleu. La chenille se nourrit sur diverses espèces de bleuets (Vaccinium spp.). Le coliade intérieur hiberne au stade larvaire.

Abondance : Bien que répandu, le coliade intérieur forme habituellement des colonies isolées et est peu commun dans les tourbières et les espaces dénudés envahis par les bleuets.

Période de vol : Selon la région, le coliade intérieur vole de la fin de mai au début de septembre. Il ne connaît qu'une génération par année.

Comportement et habitat : Comme il se nourrit sur le bleuet à l'état larvaire, le coliade se rencontre le plus souvent dans des clairières broussailleuses en milieu boisé et dans des tourbières où pousse sa plante hôte. Il se rencontre régulièrement dans les zones de coupe récentes et les brûlis.

Observations : En 1978, RAL a capturé un individu gynandromorphe à la fois très spectaculaire et très rare près de Luskville, au Québec. Le côté gauche est un mâle typique jaune, tandis que le côté droit est une femelle blanche. Ce spécimen est dans la Collection nationale canadienne.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.