Colias johanseni (Troubridge & Philip, 1990)

Description : Chez le mâle, le dessus des ailes est orange jaunâtre terne, largement marginé de noir. Chez la femelle, les bordures contiennent une série de taches jaunes aux contours flous. Comme chez le C. meadii, le mâle possède une tache androconiale pâle à la base de l'aile postérieure. En dessous, l'aile postérieure semble verte parce que le fond de l'aile, jaune foncé, est fortement voilé d'écailles noires; au centre de l'aile, le point disco cellulaire argenté est entouré d'un anneau rose qui se prolonge habituellement sur une courte distance vers le bord externe de l'aile sous la forme d'un court trait. Les deux ailes sont ornées d'une rangée de points submarginaux foncés. Envergure : 35 à 38 mm.

Sous-espèces : Aucune; voir la section Observations, ci-dessous.

Répartition géographique : Le Colias johanseni n'est connu que de la localité type, située près de Bernard Harbour, au Nunavut.

Espèces semblables : Le C. johanseni vole en compagnie du coliade orangé (C. hecla) et peut être confondu avec ce dernier. Toutefois, chez le C. hecla, le mâle n'a pas de tache androconiale pâle à labase de l'aile postérieure, et la femelle est plus grande et a le dessous de l'aile postérieure vert-jauneau lieu de vert-gris. Voir la section Observations, ci-dessous. [images comparatives]

Stades immatures : Les stades immatures sont inconnus. Des adultes ont été observés à proximité d'une espèce de sainfoin (Hedysarum sp.), la plante hôte présumée de l'espèce.

Abondance : Les adultes sont assez communs, mais ils volent uniquement sur quelques versants decolline près de Bernard Harbour.

Période de vol : La série type de ce coliade a été constituée entre le 3 et le 17 juillet 1988.

Comportement et habitat : Troubridge et Philip (1990) indiquent que le C. johanseni est confiné à la steppe-toundra sèche et qu'il patrouille le flanc des collines de son vol caractéristique en zigzag, qui le différencie du coliade orange (C. hecla).

Observations : Le C. johanseni est étroitement apparenté au C. meadii, de la région des Rocheuses, et au C. hyperborea Grum-Grschimaîlo, du nord-est de la Sibérie. Scott (1986) considère ces trois espèces comme une entité monospécifique. Pour notre part, nous leur conservons leur statut d'espèce distincte, car les différences liées à l'aspect général et à l'habitat relevées entre ces trois espèces nous paraissent comparables à celles observées entre de nombreuses autres espèces de Colias. La redécouverte du C. johanseni est une histoire peu banale. Un individu a été capturé par Fritz Johansen en 1916, sur une colline près de Bernard Harbour. Ce spécimen a par la suite été identifié comme un C. meadii. Comme aucun autre individu similaire n'a été trouvé dans le nord du Canada même après de nombreuses années de recherche, ce spécimen a longtemps été considéré comme mal étiqueté ou mal identifié ou comme une forme aberrante du coliade orangé (C. hecla). Jim Troubridge et Kenelm Philip se sont fondés sur les indications consignées par Johansen dans son journal pourre trouver la colline sur laquelle ce spécimen avait été capturé 72 ans plus tôt et redécouvrir cet intéressant coliade.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.