Coliade commun du Nord (Colias pelidne) (Boisduval et Le Conte, 1830)

Description : Le Colias pelidne est l'un de nos plus petits coliades (envergure : 33 à 44 mm). Chez le mâle, le dessus des ailes est jaune pâle, sauf la base, qui est couverte d'écailles foncées; les bordures sont noires, moyennes à étroites. Les femelles peuvent être blanches ou jaunes et ont les bordures marginales noires réduites ou presque absentes. Sur le dessus, le point discocellulaire au centre de l'aile postérieure est à peine visible. Les ailes sont frangées de rose. En dessous, l'aile postérieure est olive foncé, et le point discocellulaire est blanc, auréolé de rose et souvent voilé d'écailles roses.

Sous-espèces : Les populations arctiques de l'Est et de l'Ouest appartiennent à la sous-espèce nominale pelidne. La sous-espèce skinneri est plus petite et se rencontre dans les Rocheuses.

Répartition géographique : Le coliade commun du Nord comporte trois populations largement séparées les unes des autres. La population de l'Est se rencontre à Terre-Neuve, au Labrador, en Ungava, dans le sud de l'île de Baffin (Iqaluit, dans la baie Frobisher) et autour des rives est et sud de la baie d'Hudson et de la baie James. La population du Nord-Ouest est connue d'Atlin, dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique, du tronçon sud de la route Dempster et des monts British, au Yukon, et de quelques localités réparties entre le Grand lac de l'Ours et Port Epworth, sur la côte arctique du Nunavut. La troisième population vole dans les Rocheuses depuis le Wyoming et l'Idaho jusque dans le sud-est de la Colombie-Britannique et l'ouest de l'Alberta, aussi loin que Horn Ridge, en Alberta.

Espèces semblables : Chez le C. chippewa, le point discocellulaire en dessous de l'aile postérieure n'est pas auréolé de rouge. Chez le coliade intérieur (C. interior), le dessous de l'aile postérieure est jaune au lieu d'olive, et le point discocellulaire est orange au lieu de jaune sur le dessus de l'aile postérieure, et blanc, non suffusé d'écailles roses comme chez le C. pelidne en dessous. [images comparatives]

Stades immatures : Les stades immatures demeurent non décrits. On sait cependant que la chenille se nourrit sur diverses espèces de bleuets (Vaccinium spp.).

Abondance : Cette espèce est assez commune dans le nord-est du Canada et en milieu alpin dans les Rocheuses. Il est cependant rare et forme des populations localisées dans le nord-ouest du Canada.

Période de vol : Le C. pelidne vole de la fin de juin au début d'août dans la plupart des régions où il est présent.

Comportement et habitat : Dans le Nord, le C. pelidne se rencontre dans la toundra arctique, et dans les Rocheuses, dans les prairies alpines situées tout juste au-dessus de la limite des arbres. Toutefois, le long du tronçon nord de la route de la baie James, au Québec, et même le long des routes traversant des régions situées bien au sud de la limite des arbres, il vole en compagnie du coliade intérieur (C. interior dans les tourbières; à Terre-Neuve, on peut l'observer à faible altitude le long des chemins et au-delà de la limite des arbres sur le sommet des montagnes.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.