Coliade du trèfle (Colias philodice) (Godart, 1819)

Description : Sur le dessus, les ailes sont jaune clair, avec les bordures noires et bien nettes chez le mâle. Chez la femelle, les bordures contiennent des taches jaunes. Il existe également une forme femelle blanche. En dessous, les ailes sont ornées d'une rangée de points submarginaux bruns. En dessous, l'aile postérieure est habituellement marquée de deux points argentés annelés de rose. Envergure : 32 à 54 mm.

Sous-espèces : La sous-espèce philodice occupe la majeure partie de l'aire de l'espèce en Amérique du Nord. La sous-espèce eriphyle est présente dans le sud de la Colombie-Britannique. La sous-espèce vitabunda, qui vole au Yukon et en Alaska, a les ailes plus étroitement marginées de noir; la plupart des femelles sont blanches.

Répartition géographique : Le Colias philodice est l'un des papillons diurnes les plus répandus et les plus communs en Amérique du Nord. Il est présent dans toutes les provinces et tous les territoires et ne semble absent qu'au Labrador et dans l'Arctique et le nord du Québec. Il atteint l'océan Arctique au Yukon.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Le coliade du trèfle et le coliade de la luzerne (C. eurytheme) se différencient des autres coliades par la coloration du dessous de l'aile postérieure. Chez ces deux espèces, l'aile postérieure est marquée au centre d'un point argenté encerclé de deux anneaux rouges et habituellement accompagné d'un point satellite et, dans sa région submarginale, d'une rangée de trois à cinq taches foncées. Chez le C. philodice, le dessus des ailes est jaune, avec un point jaune foncéau centre de l'aile postérieure. Chez le C. eurytheme, le dessus des ailes est presque toujours en partie orange, avec un point orange au centre de l'aile postérieure. La couleur du point discocellulaire sur le dessus de l'aile postérieure permet habituellement de différencier les femelles de la forme blanche des deux espèces. [images comparatives]

Stades immatures : L'oeuf est rougeâtre. La chenille est verte, lisse, avec une bande foncée sur le dos et des bandes pâles sur les côtés. Elle se nourrit sur diverses fabacées (= légumineuses), en particulier des trèfles (Trifolium spp.) et la luzerne (Medicago sativa).

Abondance : Dans la majeure partie de son aire, le coliade du trèfle est commun à abondant. Il atteint son abondance maximale à la fin de l'été et au début de l'automne.

Période de vol : Le coliade du trèfle produit chaque année au moins deux générations qui se chevauchent. Dans la plupart des régions du sud du Canada, il vole de mai à la fin d'octobre. À Terre-Neuve, il vole en juillet et en août.

Comportement et habitat : Pour bien des gens, le mot papillon évoque une nuée d'ailes jaunes qui s'élèvent en tourbillonnant au-dessus d'une petite mare de boue sur un chemin de terre. Le coliade du trèfle est en effet un habitué des mares de boue. Il est souvent observé alors qu'il survole les champs de trèfle et les bords de route, s'arrêtant régulièrement pour se nourrir sur les fleurs. La culture de légumineuses fourragères pour le bétail à l'échelle de l'Amérique du Nord a permis à ce papillon d'étendre considérablement son aire et d'accroître ses effectifs.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.