Erebia pawlowskyi (Ménétriés, 1859)

Description : Le dessus des ailes est brun foncé, marqué d'une suite de barres submarginales orange. Chez la sous-espèce canadensis, ces barres sont souventr éunies et forment une bande sur l'aile antérieure. En dessous, le centre de l'aile antérieure est lavé de rougeâtre. Les barres submarginales sont répétées en dessous des deux ailes, mais elles sont crème pâle en dessous de l'aile postérieure. Envergure :29 to 38 mm.

Sous-espèces : La sous-espèce nominale pawlowskyi vit en Sibérie. Quatre autres sous-espèces se rencontrent en Amérique du Nord, dont deux au Canada. La sous-espèce canadensis vole dans la région de Churchill, au Manitoba. La sous-espècealaskensis, reconnaissable à ses barres submarginales orange plus petites et moins nombreuses, est présente dans le nord de la Colombie-Britannique, au Yukon et en Alaska.

Répartition géographique : L'Erebia pawlowskyi est largement répandu en Alaska et au Yukon et forme des populations isolées dans le nord de la Colombie-Britannique (parc provincial Stone Mountain) et du Manitoba (Churchill) et, aux États-Unis, au Montana, au Wyoming et au Colorado. Sa présence a également été signalée en Alberta (Ehrlich, 1958), mais cette mention est vrai semblablement incorrecte.

Espèces semblables : Aucune. Toutes les autres espèces nord-américaines d'Erebiaont des ocelles ou ne présentent pas de bande orange sur le dessus des ailes, et aucune n'a des taches crème en dessous de l'aile postérieure.

Stades immatures : La chenille est havane, avec des bandes brun foncé sur le dos et les côtés. La tête et le reste du corps sont densément couverts de poils terminés en massue. Les plantes hôtes sont probablement des graminées, des cypéracées ou des joncacées; les femelles déposent souvent leurs oeufs sur les saules (Salix spp.) à Churchill.

Abondance : L'E. pawlowskyi forme habituellement des colonies isolées, mais il peutêtre abondant localement.

Période de vol : L'E. pawlowskyi met deux ans à atteindre l'âge adulte, mais il vole tous les ans, du début de juillet au milieu d'août.

Comportement et habitat : À Churchill, cet alpin vole parmi les crêtes herbeuses dans la toundra humide et dans les prés surélevés bordés de petits saules; dans d'autres régions, on le rencontre dans les prés alpins et les tourbières et autour des lacs. Il sedéplace peu et passe la majeure partie de la journée perché sur les tiges des grandes graminées. Les mâles sont plus actifs que les femelles, mais les deux sexes ont un vollent et faible et se laissent souvent tomber au sol lorsqu'ils sont inquiétés. Les deux sexes visitent régulièrement les fleurs (Klassen et al., 1989).

Observations : L'Erebia pawlowskyi a longtemps été confondu avec l'Erebia theano eta décrit sous ce nom dans la littérature spécialisée nord-américaine. On sait maintenant que l'E. theano se vole uniquement dans le sud de la Sibérie et le nord de la Mongolie,tandis que l'E. pawlowskyi se rencontre depuis le sud de la Sibérie et la Mongolie jusque dans le nord-est de la Russie et le nord-ouest du Canada.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.