Erebia youngi (Holland, 1900)

Description : Sur le dessus, les ailes sont brun foncé, et l'aile antérieure est marquée de quatre ou cinq taches orange à pupille elliptique noire dont la taille augmente du haut vers le bas de l'aile. Ces taches sont souvent partiellement fusionnées et forment une bande. L'aile postérieure porte un à trois petits ocelles. Les taches orange du dessus de l'aile antérieure sont répétées en dessous et forment habituellement une bande continue. En dessous, l'aile postérieure est brun noirâtre, avec une pubescence rougeâtre; elle est traversée de deux bandes foncées, une médiane, l'autre marginale, et, entre les deux, d'une bande brun grisâtre pâle contenant de très petites taches orange. Envergure : 35 à 44 mm.

Sous-espèces : Deux des trois sous-espèces décrites se rencontrent au Canada. La sous-espèce nominale youngi occupe la majeure partie de l'aire de l'espèce au Canada. La sous-espèce herscheli est connue uniquement de l'île Herschel et de quelques régions continentales limitrophes, au Yukon; chez cette sous-espèce, les ocelles de l'aile antérieure sont plus petits, brun ocre terne, et le dessous de l'aile postérieure est brun chocolat au lieu de brun noirâtre.

Répartition géographique : L'Erebia youngi se rencontre en Alaska, dans l'ouest du Yukon et dans les Territoires du Nord-Ouest, jusqu'à Fort McPherson et Tuktoyuktuk, vers l'est.


Données sur les collections de spécimens

La description de cette image suit.
Erebia youngi youngi. Monts
Ogilvie, Yn. J.T. Troubridge

Espèces semblables : Le dessous de l'aile postérieure est pratiquement dépourvu de bandes chez l'E. anyuica, tandis qu'il est brun rougeâtre à marron chez l'E. lafontainei. [images comparatives]

Stades immatures : Les stades immatures sont inconnus. La chenille se nourrit probablement sur des graminées ou des cypéracées.

Abondance : Cette espèce forme des populations localisées, mais elle peut être commune à certains endroits.

Période de vol : L'E. youngi vole du milieu de juin à la fin de juillet.

Comportement et habitat : L'E. youngi se rencontre dans la toundra sèche, dans les milieux présentant un couvert dense de graminées très courtes. Il est également commun sur les épaulements herbeux des talus d'éboulis. Il est parfois observé autour des mares de boue.

Observations : L'E. youngi est étroitement apparenté à l'Erebia dabanensis Erschoff, de l'est de la Sibérie.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.