Erynnis brizo (Boisduval & Le Conte, [1837])

Description : Espèce de plus grande taille (envergure : 28 à 35 mm), l'Erynnis brizo n'a pas de marques pâles sur l'aile antérieure, qui est cependant distinctement ornée de deux bandes transversales gris violacé à bords foncés, la bande externe étant généralement sinueuse ou presque décomposée en segments distincts.

Sous-espèces : Parmi les quatre sous-espèces décrites, seule la sous-espèce nominale brizo se rencontre au Canada.

Répartition géographique : L'E. brizo est présent dans tout l'est et le sud-ouest des États-Unis. Au Canada, il se rencontre uniquement dans le sud de l'Ontario, jusque dans la région de Hamilton vers le nord-est, et dans le sud du Manitoba et le sud-est de la Saskatchewan. Les cartes d'Opler et Malikul (1992) incluant le Québec et celles de Holmes et al. (1991) intégrant des mentions du sud et l'est de l'Ontario sont erronées et résultent d'une confusion avec l'E. icelus. Dans le sud de l'Ontario, l'E. brizo n'a été observé à ce jour qu'en trois endroits :le comté de Lambton (région du parc provincial Pinery), le comté de Norfolk (région de St. Williams) et la rive sud du lac Ontario (Hamilton à Grimsby).


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : L'hespérie givrée (E. icelus); voir ci-dessus. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est vert pâle, avec une bande dorsale foncée et des bandes latérales plus pâles. Elle vit dans un nid de feuilles sur la plante hôte, invariablement un chêne (Fagacées). Au Manitoba, l'E. brizo se nourrit exclusivement sur le chêne à gros fruits (Quercus macrocarpa).

La description de cette image suit.
Erynnis brizo brizo,
chenille. W. Lukey

Abondance : Au Canada, cette hespérie est peu commune à l'échelle de son aire et se rencontre uniquement dans les habitats qui satisfont pleinement à ses exigences.

Période de vol : L'E. brizo connaît une seule génération par année et vole depuis les premiers jours de mai jusqu'au milieu de juin.

Comportement et habitat : Cette espèce est souvent observée sur les fleurs dans les chênaies. Elle se pose sur le sol en adoptant la posture caractéristique des Erynnis et fréquente les mares de boue, parfois en compagnie de l'hespérie givrée dans les régions où les habitats des deux espèces convergent.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.