Hespérie givrée (Erynnis icelus) (Scudder et Burgess, 1870)

Description : Cette espèce relativement petite (envergure : 23 à 30 mm) présente sur l'aile antérieure une bande transversale gris violacé à bords foncés, parfois accompagnée d'une deuxième bande indistincte plus près de la base de l'aile. Contrairement à la plupart des autres espèces d'Erynnis, l'hespérie givrée n'a pas de taches blanches sur l'aile antérieure.

Répartition géographique : L'Erynnis icelus est présent dans tout le sud du Canada depuis l'île du Cap-Breton jusqu'à l'île de Vancouver. Vers le nord, il atteint la rivière Opinaca au Québec, Attawapiskat en Ontario, le lac Lynn au Manitoba et Norman Wells dans les Territoires du Nord-Ouest. Il est également répandu dans une bonne partie de l'est et de l'ouest des États-Unis, mais il est pratiquement absent des plaines.

Espèces semblables : Au Canada, l'E. brizo est la seule autre espèce d'Erynnis dont l'aile antérieure est dépourvue de taches blanches. Chez l'E. brizo, la bande foncée externe est généralement mieux marquée, souvent partiellement interrompue et décomposée en taches, et la deuxième bande est beaucoup plus distincte. Même dans les régions où leurs aires se chevauchent, les deux espèces se distinguent généralement par leurs exigences respectives à l'égard de l'habitat, l'E. icelus préférant les boisés de saule et de peuplier, l'E. brizo, les chênaies. Les deux espèces sont difficiles à séparer d'après leurs dessins alaires, mais les pièces génitales offrent un bon pouvoir de discrimination; en outre, les mâles de l'E. brizo n'ont pas de touffe tibiale sur la patte postérieure. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est vert pâle, avec une bande foncée sur le dos et des bandes plus pâles sur les côtés. La tête est noire, avec deux grandes taches brunes. La chenille vit dans un nid de feuilles sur la plante hôte. À l'état larvaire, l'hespérie givrée est associée à diverses espèces de peupliers, de saules et de bouleaux.

Abondance : L'E. icelus est commun en bordure des forêts et dans les clairières, en particulier dans les milieux humides envahis par les saules.

Période de vol : L'hespérie givrée connaît une seule génération par année. Dans les régions situées plus au sud, les adultes se rencontrent du milieu de mai à la fin de juin, mais plus au nord, ils volent jusqu'en juillet.

Comportement et habitat : L'hespérie givrée est fréquemment observée sur les fleurs, mais elle se pose plus souvent sur le sol, dans des milieux sablonneux ou boueux.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.