Hespérie tachetée (Erynnis martialis) (Scudder, 1869)

Description : L'hespérie tachetée est une espèce gris foncé de taille moyenne (envergure : 25 à 29 mm). Le dessus des ailes est fortement marbré, avec de légers reflets violacés, en particulier chez les sujets frais. La présence de taches brun-jaune clair et brun foncé se détachant contre le fond de l'aile confère à l'aile postérieure son aspect marbré.

Répartition géographique : L'Erynnis martialis est répandu dans tout l'est des États-Unis. Au Canada, il se rencontre uniquement dans le sud-ouest du Québec, le sud de l'Ontario et le sud-est du Manitoba.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Dans l'est du pays, l'hespérie tachetée se démarque habituellement des autres espèces d'Erynnis par les reflets violacés et l'aspect très marbré de ses ailes. Toutefois, elle a déjà été confondue avec d'autres espèces, en particulier avec des individus usés présentant une apparence plus marbrée.

Stades immatures : La chenille a le corps trapu, vert pâle, et la tête foncée. Elle se nourrit dans un nid de feuilles sur la plante hôte. À l'état larvaire, l'hespérie tachetée est associée à deux rhamnacées, le céanothe d'Amérique (Ceanothus americanus) et le céanothe à feuilles étroites (C. ovatus). Elle hiberne à l'état de chenille mature.

Abondance : L'hespérie tachetée est rare et forme des populations très localisées à l'échelle de son aire au Canada.

Période de vol : Dans presque toutes les régions du Canada où elle est présente, l'hespérie tachetée a une seule génération par année et vole du milieu de mai à la fin de juin. Dans l'extrême sud-ouest de l'Ontario, une deuxième génération vole du milieu de juillet à la fin d'août.

Comportement et habitat : Cette espèce est habituellement observée sur les fleurs ou sur les chemins sablonneux humides en compagnie d'autres espèces d'Erynnis, généralement plus nombreuses.

Observations : Les habitats satisfaisant aux exigences des plantes hôtes de l'hespérie tachetée, en général des milieux sablonneux secs et des alvars calcaires, sont peu nombreux et très circonscrits et se trouvent souvent dans des régions soumises à un développement intensif. L'hespérie tachetée forme cinq grandes colonies en Ontario, et une à La Trappe, au Québec. Un projet domiciliaire a entraîné la disparition d'une ancienne colonie bien connue établie à Norway Bay, au Québec, sur le bord de l'Outaouais, au nord-ouest d'Ottawa.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.