Euchloe lotta (Beutenmüller, 1898)

Description : Relativement petit (envergure : 38 à 40 mm), l'E. lotta se distingue des autres espèces d'Euchloe par ses zones blanches à reflets perlés en dessous de l'aile postérieure. Ce caractère peut être difficile à observer, en particulier chez les individus usés. Cette espèce se reconnaît plus facilement à la forme et à la couleur de sa tache discoïdale (barre noire rectangulaire sur le bord costal de l'aile antérieure). Chez l'E. lotta, cette tache est noire, non voilée d'écailles blanches, large, rectangulaire, habituellement abruptement tronquée apicalement. Les sexes sont semblables, à une exception près, la tache discoïdale étant généralement plus large et parfois presque carrée chez la femelle.

Répartition géographique : Au Canada, l'E. lotta se rencontre principalement dans la région intérieure de la Colombie-Britannique, en particulier dans la vallée de l'Okanagan. Sa présence a cependant été signalée à plusieurs reprises près de la frontière albertaine, à Cranbrook et dans le parc national Yoho. Les mentions faisant état de sa présence au Yukon sont fondées sur des identifications erronées. L'E. lotta est largement répandu aux États-Unis dans la région du Grand Bassin et dans le sud de la Californie, ainsi que dans le nord du Mexique.

Espèces semblables : Toutes les autres espèces d'Euchloe; voir l'analyse sous E. ausonides. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est verte, avec une ligne blanche bordée de violet sur les côtés et de nombreux petits points noirs. Elle se nourrit sur de nombreuses plantes de la famille de la moutarde.

Abondance : L'E. lotta forme généralement des colonies localisées, mais il peut être commun à certains endroits (Dornfeld, 1980).

Période de vol : Dans le sud de la région intérieure de la Colombie-Britannique, l'E. lotta vole en avril et en mai.

Comportement et habitat : Ce papillon se rencontre dans les déserts et les arbustaies à armoise ainsi que les boisés rocheux clairsemés.

Observations : Des travaux publiés et plus récents par P.A. Opler indiquent que l'E. lotta du Grand Bassin et des déserts du sud de la Californie est distinct de l'E. hyantis (W.H. Edwards). Aucune forme intermédiaire entre ces deux espèces n'a été trouvée dans les régions où leurs aires se rejoignent. En outre, ces deux espèces présentent de subtiles différences structurales et utilisent des plantes hôtes différentes (Paul Opler, comm. pers.).

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.