Olympe (Euchloe olympia) (W.H. Edwards 1872)

Description : Pour apprécier la beauté de ce petit papillon blanc (envergure : 30 à 40 mm) à sa juste valeur, il faut l'examiner de près. L'olympe a le dessus des ailes d'un blanc crayeux, avec l'extrémité de la cellule discoïdale marquée d'une barre grise et l'apex de l'aile antérieure gris pâle. En dessous de l'aile postérieure, les marbrures sont jaune verdâtre et forment trois bandes distinctes. Les spécimens frais ont les ailes teintées de rose.

Répartition géographique : Essentiellement une espèce du Midwest américain, l'Euchloe olympia atteint le Canada à deux endroits. Dans l'ouest du pays, il se rencontre dans le sud des Prairies, de l'Alberta au Manitoba. Plus à l'est, il est présent depuis le nord du lac Huron jusque dans l'ouest du Québec.


Données sur les collections de spécimens


La description de l'image suit.
Olympe (Euchloe olympia). Baie Constance, Ont. P.W. Hall

Espèces semblables : L'E. ausonides, seule autre espèce d'Euchloe dont l'aire recoupe celle de l'olympe, présente un réseau de marbrures plus complexe en dessous de l'aile postérieure. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est verte, rayée longitudinalement de gris et de jaune. Elle se nourrit des fleurs et des fruits de diverses arabettes (Arabis spp.) et du sisymbre officinal (Sisymbrium officinale). La chrysalide fraîchement formée a une teinte violacé clair.

Abondance : L'olympe forme généralement des populations localisées et est peu commune.

Période de vol : Tant dans l'ouest que dans l'est du Canada, la période de vol est brève et s'étend de la fin de mai au début de juin.

Comportement et habitat : L'Olympe est principalement une espèce de milieu sec. Dans les Prairies, on la retrouve sur les collines herbeuses et dans les badlands, à proximité de ses plantes hôtes. En Ontario et au Québec, elle se rencontre dans les prés secs et les boisés clairsemés, le plus souventdans les alvars et parmi les vieilles dunes.

Observations : Ce papillon a étendu son aire vers l'est depuis les années 1970. C'est durant cette décennie qu'il a été découvert pour la première fois dans l'est de l'Ontario et l'ouest du Québec.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.