Euphilotes ancilla (Barnes & McDunnough, 1918)

Description : Chez le mâle, le dessus des ailes est bleu lilas, avec une étroite bordure noire et une trace de points foncés sur le bord de l'aile postérieure. La femelle est brune avec des reflets bleutés et a un croissant orange près du bord de l'aile postérieure. En dessous, les ailes sont grises, avec deux rangées de taches foncées près du bord externe. Ces deux rangées sont séparées l'une de l'autre par une série de taches orange sur l'aile postérieure. L'aire centrale des deux ailes est ornée de nombreuses petites taches rondes. Envergure : 17 à 23 mm.

Sous-espèces : Seule la sous-espèce nominale ancilla se rencontre au Canada.

Répartition géographique : L'Euphilotes ancilla est répandu partout dans l'ouest des États-Unis, mais au Canada, il se rencontre uniquement dans l'extrême sud de la Saskatchewan et de l'Alberta, au nord jusqu'à Matador et à la vallée de la rivière Oldman, respectivement.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : L'E. battoides. [images comparatives]

Stades immatures : Les oeufs sont déposés individuellement sur les fleurs des plantes hôtes, et les chenilles se nourrissent des fleurs et des jeunes fruits. Elles sont de couleur variable, généralement pâles, blanchâtres ou jaunâtres, avec des marques brunes, et se confondent avec les fleurs dont elles se nourrissent. Diverses espèces d'ériogones (Eriogonum spp.), dont probablement l'ériogone jaune (E. flavum) au Canada, sont utilisées comme plantes hôtes. L'E. battoides hiberne à l'état nymphal.

Abondance : L'E. ancilla est un des bleus les plus communs dans l'ouest des États-Unis, mais il est très rare au Canada.

Période de vol : Les adultes se rencontrent du milieu de mai au début de juillet.

Comportement et habitat : L'E. ancilla fréquente les boisés clairsemés, les arbustaies à armoise et les prairies sèches.

Observations : Au Canada, le premier spécimen de cette espèce a été capturé le 18 juin 1963 par Ronald Hooper, près d'Elkwater, dans les collines du Cyprès de l'est de l'Alberta. D'autres individus ont depuis été capturés en divers endroits du sud de la Saskatchewan et de l'Alberta. Jusqu'à récemment, l'E. ancilla était considéré comme l'une des nombreuses sous-espèces de l'E. enoptes (Boisduval), mais certains auteurs, dont Pratt et Emmel (1995), ont élevé ces sous-espèces au rang d'espèce distincte et ont subdivisé ces dernières en un certain nombre de sous-espèces. Nous suivons ce traitement.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.