Euphydryas editha (Boisduval, 1852)

Description : L'Euphydryas editha est légèrement plus petit (envergure : 24 à 42 mm) que ses congénères, mais il présente les dessins rouge brique, noirs et jaunes caractéristiques des Euphydryas. Les femelles peuvent être beaucoup plus grandes que les mâles. L'aile antérieure est légèrement arrondie. Les taches jaunes peuvent être pâles, et même blanches. La bande post médiane rouge brique est assez visible, et la bande postmédiane rouge semble dédoublée, parce que la portion externe de la bande médiane est rouge, et non jaune comme chez l'E. chalcedona.

Sous-espèces : Jusqu'à 22 sous-espèces sont actuellement reconnues dans l'ouest de l'Amérique du Nord. La sous-espèce taylori vole dans l'île de Vancouver. La plupart des populations volant en Colombie-Britannique et en Alberta appartiennent à la sous-espèce beani, décrite de Banff, en Alberta. Les spécimens provenant des collines du Cyprès, à la frontière Alberta-Saskatchewan, ressemblent beaucoup à la sous-espèce hutchinsi, qui se rencontre généralement plus au sud, dans le Montana et le Wyoming.

Répartition géographique : L'E. editha est répandu au Canada dans le sud de la Colombie-Britannique et de l'Alberta, mais les mentions sont éparses. Il est considéré comme une espèce résidente dans le sud de l'île de Vancouver (rare et localisée) et dans la portion intérieure de la Colombie-Britannique. Il se rencontre également dans les Rocheuses et les collines du Cyprès de l'Alberta et de la Saskatchewan.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : L'E. chalcedona a les ailes plus pointues (chez le mâle) mais peut présenter des dessins très semblables. Les différences entre les deux espèces sont exposées sous E. chalcedona. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est foncée, avec des poils blancs, ou annelée de blanc. La base des soies est habituellement orange. À l'état larvaire, cette espèce se nourrit habituellement sur diverses espèces de plantains (Plantago spp.), mais elle a déjà été trouvée sur d'autres plantes, comme les castilléjies (Castilleja spp.) et les pédiculaires (Pedicularis spp.).

Abondance : L'E. editha forme des populations très localisées, mais il peut être relativement commun localement dans la plupart des régions où il se rencontre.

Période de vol : La période de vol varie selon l'endroit et la sous-espèce. L'E. editha vole en avril et en mai dans l'île de Vancouver, mais en juin et en juillet, et parfois même en août plus à l'est.

Comportement et habitat : Ce papillon se rencontre dans des habitats diversifiés, mais au Canada, il est généralement observé dans des prés alpins et sur des crêtes rocheuses, au-delà de la limite des arbres.

Observations : Au Canada, l'Euphydryas editha taylori n'est connu que de deux localités du sud de l'île de Vancouver et figure sur la liste des espèces en danger de disparition au Canada (Guppy et al., 1994).

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.