Euphydryas gillettii (Barnes, 1897)

Description : Parmi les quatre membres du genre présents dans l'Ouest canadien, c'est l'Euphydryas gillettii qui présente les traits les plus distinctifs. De taille moyenne (envergure : 36 à 45 mm), il a le dessus des ailes noir, avec une bande de grandes taches rouge-orange et une bande de taches blanches plus petites. Aucun autre Euphydryas n'a les ailes traversées d'une large bande submarginale rouge-orange.Comme chez la plupart des espèces d'Euphydryas, les deux faces des ailes se ressemblent.

Répartition géographique : L'E. gillettii se rencontre dans seulement quelques États du nord-ouest des États-Unis et quelques régions limitrophes au Canada. Il se rencontre dans les chaînons frontaux des Rocheuses, en Alberta, jusqu'à Nordegg au nord, et dans l'extrême sud-est de la Colombie-Britannique, au lac Procter et à McGillivary.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : L'E. gillettii se distingue de ses congénères de l'Ouest par ses ailes traversées d'une large bande submarginale rouge-orange.

Stades immatures : La chenille mature est jaune terne, avec une bande jaune citron sur le dos et des bandes blanches sur les côtés. Les épines sont jaunes sur le dos, noires sur les côtés. À l'état larvaire, cette espèce est normalement associée au chèvre feuille involucré (Lonicera involucrata), mais au printemps, après avoir hiverné, elle se nourrit occasionnellement sur plusieurs autres plantes.

Abondance : L'E. gillettii a une distribution très localisée, mais il peut être assez commun là où il est présent.

Période de vol : En Alberta, les adultes ont été observés entre le milieu de juin et le début d'août.

Comportement et habitat : L'E. gillettii se rencontre exclusivement dans les prés humides, habituellement à proximité de cours d'eau, dans les vallées de montagne. Les mâles se perchent sur les fleurs à grande tige et les conifères. L'E. gillettii a un vol faible.

Observations : L'E. gillettii est plus étroitement apparenté à certaines espèces asiatiques qu'à ses congénères nord-américains.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.