Fritillaire panaché (Euptoieta claudia) (Cramer, 1775)

Description : Sur le dessus, les ailes sont orange terne, plus foncées à la base, avec un réseau complexe de taches et de lignes noires. L'aile antérieure est pointue, et son bord externe est concave. Le bord de l'aile postérieure forme un angle vers l'extérieur. L'aile postérieure porte des marbrures orange sur ses deux faces, mais ces marbrures sont plus pâles en dessous; il n'y a pas de taches argentées. Les femelles peuvent être beaucoup plus grandes que les mâles. Envergure : 44 à 60 mm.

Répartition géographique : L'Euptoieta claudia a une aire très vaste qui s'étend de l'Argentine au Canada. Au cours de certaines années de migrations massives, il a été observé occasionnellement dans l'Est aussi loin au nord que Saint-Jean-Port-Joli, au Québec, et Espanola, en Ontario. Il atteint plus souvent l'ouest du pays. Il y a observé loin au nord dans les provinces des Prairies, et même, une fois, à la rivière McConnel, au Nunavut. Sa présence a également été mentionnée dans l'extrémité sud-est de la Colombie-Britannique.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Sur le dessus, l'Euptoieta hegesia a la moitié basale de l'aile postérieure orange clair, sans marques noires. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est rouge-orange, alternativement rayée de noir et de blanc, hérissée de six rangées d'épines noires. À l'état larvaire, le fritillaire panaché se montre peu sélectif, se nourrissant indifféremment sur diverses espèces de violettes et de pensées (Viola spp.), de lins (Linum spp.), d'orpins (Sedum spp.), de plantains (Plantago spp.) et d'autres plantes appartenant à au moins six autres familles. Il hiberne à l'état adulte, principalement dans les régions exemptes de gel.

Abondance : Le fritillaire panaché est considéré comme un migrateur rare dans l'Est (à l'exception d'une colonie établie dans l'île d'Orléans, au Québec), mais il peut être relativement commun dans l'Ouest au cours des années de migrations massives. Certaines années, il parvient même à y produire plusieurs générations successives.

Période de vol : Dans les Prairies, le fritillaire panaché vole de mai à octobre, mais il est plus commun en juillet et en août.

Comportement et habitat : Les individus observés dans l'est du pays et les premiers migrateurs qui atteignent l'ouest du pays sont usés, ayant franchi de plus longues distances en provenance du sud des États-Unis. Ils s'établissent généralement le long des routes ou sur le bord de champs cultivés, en particulier à proximité des parcelles de lin. Ils sont attirés par un large éventail de fleurs.

Observations : Dans un habitat boréal situé au nord de Hull, au Québec, PWH a aperçu un papillon orange pâle qui se posait sur un chemin de terre boueux. Après l'avoir capturé, il s'est rendu comptequ'il s'agissait d'un fritillaire panaché usé. C'était en 1981, année marquée par les plus fortes migrations de papillons diurnes des vingt dernières années.

Une colonie établie dans l'Île-d'Orléans, près de Québec, est suivie depuis 1988. Cette colonie se portait encore bien en 1995, mais comme aucun adulte n'a été observé en 1996, on redoutait qu'elle ait succombé à l'hiver très rigoureux de 1995-1996. Plusieurs adultes ont cependant été aperçus en 1997.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.