Moissonneur (Feniseca tarquinius) (Fabricius, 1793)

Description : Bien que ce petit papillon (envergure : 23 à 32 mm) puisse être confondu en vol avec un certain nombre d'autres petites espèces orangées, en particulier les cuivrés, un examen plus approfondi révèle son caractère singulier. Sur le dessus, les ailes sont orange avec de grandes marques et taches brun foncé. En dessous, l'aile postérieure est brun violacé, avec de nombreuses taches plus foncées auréolées de blanc.

Sous-espèces : Une forme à taches brunes réduites sur l'aile antérieure est plus commune en Nouvelle-Écosse qu'ailleurs au pays, mais cette variation n'est pas confinée à une région précise. Nous ne reconnaissons donc pas novascotiae comme une sous-espèce valide. Avec l'élimination de novascotiae, le Feniseca tarquinius ne compte plus aucune sous-espèce.

Répartition géographique : Le moissonneur est répandu dans l'est de l'Amérique du Nord. Au Canada, il se rencontre vers l'est depuis le Nouveau-Brunswick, et vers le nord, jusqu'au lac Saint-Jean au Québec, le lac Donaldson en Ontario et le parc national du mont-Riding au Manitoba.

Espèces semblables : Aucune au Canada.

La description de l'image suit.
Moissonneur (Feniseca tarquinius tarquinius), chenilles. C. Monier

Stades immatures : Au Canada, le moissonneur est le seul papillon diurne qui se nourrit d'autres insectes à l'état larvaire. Les chenilles vivent sur les aulnes (Alnus spp.) parmi les colonies depucerons lanigères, l'unique source de nourriture du moissonneur. Le corps est gris verdâtre, avec des lignes olive indistinctes le long du corps, et couvert de fine pubescence blanche. La vie larvaire est étalée sur quatre stades, et non sur cinq comme chez la plupart des autres papillons diurnes. Le moissonneur hiberne probablement à l'état de chenille du dernier stade ou de chrysalide. La chrysalide a également un aspect bizarre et ressemble à une minuscule tête de singe.

Abondance : Le F. tarquinius mène habituellement une existence solitaire, bien qu'il puisse être relativement commun dans les aulnaies humides, son habitat préféré.

La description de l'image suit.
Moissonneur (Feniseca tarquinius). Low, Qc. P.W. Hall

Période de vol : Cette espèce produit une ou deux générations par année, selon l'endroit. Dans la région d'Ottawa, la première génération vole à la fin de mai et au début de juin et la deuxième, en juillet et en août. Au Manitoba, le moissonneur est plus commun de la fin de mai au milieu de juin.

Comportement et habitat : Le moissonneur a un vol rapide et erratique. Les adultes se rencontrent uniquement dans les aulnaies, en milieu humide, marécageux et boisé. S'ils sont dérangés, ils reviennent souvent se poser sur la même feuille après avoir volé en rond pendant un certain temps. Des adultes ont déjà été observés parmi des pucerons en train de se nourrir du miellat sécrété par ces insectes. Ils se posent aussi parfois sur la charogne et la boue pour aspirer les liquides qui en exsudent.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.