Hesperia nevada (Scudder, 1874)

Description : Chez les deux sexes, le dessus est orange fauve, avec une large bordure foncée qui se perd graduellement dans le fond des ailes, et le dessous, vert grisâtre, avec de grandes taches blanc argenté qui transparaissent sur le dessus sous forme de marques plus claires. En dessous, la première tache de la bande est toujours éloignée du bord costal de l'aile postérieure, et l'aile antérieure est ornée de taches préapicales blanches bien distinctes. Envergure : 23 à 30 mm.

Répartition géographique : L'Hesperia nevada est présent dans tout l'ouest des États-Unis. Au Canada, il se rencontre de Beulah au Manitoba à Alexis Creek en Colombie-Britannique.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : L'H. comma, l'H. colorado et l'H. assiniboia sont les seules autres hespéries chez qui le dessous des ailes est verdâtre. Toutefois, chez ces espèces, la bande médiane est seulement vaguement répétée sur le dessus de l'aile et n'est jamais aussi nettement délimitée que chez l'H. nevada, et la première tache de la bande marginale est rapprochée de la tache suivante et même généralement partiellement fusionnée à cette dernière. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est brun verdâtre, avec la tête noire, maculée de crème. Aux États-Unis, l'espèce a été observée à l'état larvaire sur la fétuque ovine (Festuca ovina) et la stipe de l'Ouest (Stipa occidentalis). D'autres graminées ces piteuses vivaces sont probablement utilisées comme plantes hôtes.

Abondance : Cette hespérie forme des populations localisées et est peu commune dans les Prairies, rare en Colombie-Britannique.

Période de vol : Au Manitoba et en Saskatchewan, les mentions semblent refléter l'existence de deux générations, une volant en juin, l'autre en août. Cette hypothèse demeure à confirmer par des élevages.

Comportement et habitat : Dans les Prairies, l'H. nevada se rencontre dans la prairie à graminées courtes, tandis que dans les régions montagneuses, il vole dans divers habitats herbeux, même dans les prés alpins (jusqu'à 3 600 mètres au Colorado). Dans les Prairies, la perte d'habitat semble avoir causé un déclin des populations de cette espèce.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.