Icaricia lupini (Westwood, 1851)

Description : Chez le mâle, le dessus des ailes est bleu-violet pâle, étroitement marginé de noir, avec une série de taches noires entourées de rose sur l'aile postérieure. Chez la femelle, le dessus des ailes est brun, souvent avec des reflets bleus; les taches sur l'aile postérieure sont entourées d'orange, et l'extrémité de la cellule de l'aile antérieure est marquée d'une barre noire. Le dessous des ailes est gris-bleu pâle, avec deux rangées de taches noires auréolées de blanc; sur l'aile postérieure, les taches de la rangée externe sont pupillées de vert métallique, et les deux rangées de points sont séparés l'une de l'autre par des taches allongées orange. Envergure : 17 à 27 mm.

Sous-espèces : Quatre sous-espèces sont reconnues, mais seulement deux se rencontrent au Canada, soit la sous-espèce spangelatus, en Alberta et en Saskatchewan, et la sous-espèce lutzi, en Colombie-Britannique.

Répartition géographique : L'Icaricia lupini se rencontre partout dans l'ouest des États-Unis. Au Canada, il se rencontre depuis le sud de la Saskatchewan, au nord jusque dans les Unity Badlands, jusque dans le sud de la Colombie-Britannique.

Espèces semblables: L'I. shasta. [images comparatives]

Stades immatures : Les oeufs sont déposés individuellement sur les feuilles et les fleurs des plantes hôtes. Les chenilles se nourrissent de feuilles, de fleurs et de fruits et s'enfoncent parfois dans les gousses. Elles vivent en association avec les fourmis. Elles sont jaune grisâtre ou roses, avec de petites taches noires, une bande verte sur le dos et des bandes obliques pâles sur les côtés. À l'état larvaire, l'I. lupini se nourrit sur des polygonacées arbustives (Eriogonum spp.) et des fabacées indigènes. Il hiberne après avoir bouclé la moitié de son développement larvaire.

Abondance : L'I. lupini est commun et répandu dans la plupart des régions où il est présent.

Période de vol : L'I. lupini a une génération par année et vole du milieu de juin au début de juillet dans les Prairies, jusqu'au début d'août en Colombie-Britannique.

Comportement et habitat : L'I. lupini fréquente les versants de montagne et les prés secs et se rencontre dans pratiquement tous les habitats à l'exception des forêts denses. Ses colonies ne sont pas aussi localisées que celles des autres espèces apparentées. Des individus errants sont parfois observés vers l'est aussi loin que le Minnesota.

Observations : L'Icaricia lupini, répandu dans une bonne partie de l'ouest des États-Unis et du Canada, était connu jusqu'à tout récemment sous le nom d'Icaricia acmon. Des recherches récente sont toutefois révélé que l'Icaricia acmon est une espèce distincte qui est confinée à la Californie, l'Oregon et l'État de Washington, sur la côte du Pacifique (Opler, 1999).

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.