Papillon ocellé (Junonia coenia) (Hübner, 1822)

Description : Avec ses dessins distinctifs et ses ailes légèrement lobées, ce papillon se reconnaît immédiatement. Sur le dessus, chaque aile est ornée de deux ocelles, un grand et un petit. Sur l'aile antérieure, le grand ocelle est situé dans une bande blanche contrastée qui traverse l'extrémité de l'aile. La base de l'aile antérieure est également marquée de deux barres orange près de la costa. Le dessous des ailes est plus pâle, et les dessins du dessus y sont reproduits. La femelle est nettement plus grande que le mâle. Envergure : 37 à 45 mm.

Sous-espèces : Seule la sous-espèce nominale se rencontre au Canada.

Répartition géographique : Le Junonia coenia est largement répandu aux États-Unis, surtout dans le sud du pays, sauf au cours des années de migrations massives. Il a été observé une fois en Nouvelle-Écosse, plusieurs fois dans le nord de l'Ontario jusqu'à Geraldton, et un certain nombre de fois dans le sud du Manitoba. La plupart des mentions nous proviennent du sud de l'Ontario et du Québec, jusqu'à Québec au nord.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Aucune au Canada.

Stades immatures : Au Canada, le papillon ocellé se nourrit à l'état larvaire sur diverses espèces de plantains (Plantago spp.) et diverses espèces de la famille de la scrofulaire (Scrophulariacées), en particulier des linaires (Linaria spp.), des gérardies (Gerardia spp.) et des mufliers (Antirrhinum spp.). La chenille est grise, tachetée de blanc et de jaune, avec des épines ramifiées.

La description de cette image suit.
Papillon ocellé (Junonia coenia coenia) mâle. South March, Ont. P.W. Hall

Abondance : Au Canada, le papillon ocellé est normalement considéré comme un visiteur rare, mais au cours des années de migrations massives, il peut former des colonies temporaires et devenir localement commun durant une saison.

Période de vol : Dans le sud de l'Ontario, les premiers individus migrateurs apparaissent en juin. Lorsque cette cohorte parvient à établir une colonie, plusieurs générations peuvent se succéder jusqu'au début de septembre.

Comportement et habitat : Le papillon ocellé se rencontre généralement dans les milieux perturbés où ses plantes hôtes poussent. Il est doté d'un vol très rapide et a un comportement territorial très prononcé.

Observations : Mis à part un spécimen capturé en 1966 et un autre observé en 1996, le papillon ocellé n'a été observé à Ottawa qu'en 1981, année marquée par une invasion massive et l'établissement de trois colonies temporaires. Cette année-là, ce magnifique papillon a été observé pendant plusieurs mois dans une ancienne gravière envahie parla linaire et la gérardie.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.