Leptotes marina (Reakirt, 1868)

Description : Sur le dessus, les ailes sont bleu violet, frangées de blanc, avec deux taches noires à l'angle anal de l'aile postérieure chez les deux sexes. Chez la femelle, l'aire costale et le tiers externe de l'aile antérieure sont gris foncé, tandis que l'aile postérieure porte des bandes gris havane courbes qui s'étendent parallèlement à une rangée marginale de taches grises. Chez les deux sexes, le dessous des ailes est blanchâtre, avec des bandes grises courbes et discontinues et une rangée marginale de taches noires et grises. Envergure : 16 à 25 mm.

Répartition géographique : Espèce résidente dans tout le sud des États-Unis et au Mexique, le Leptotes marina migre régulièrement jusqu'au centre des États-Unis et a déjà été observé deux fois au Canada, à Glenside, en Saskatchewan, et à la pointe Pelée, en Ontario.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : L'Hemiargus isola a une bande de taches noires en dessous de l'aile antérieure. [images comparatives]

Stades immatures : Les femelles déposent leurs oeufs sur les bourgeons floraux des plantes hôtes, et les chenilles se nourrissent des fleurs et des fruits. Elles sont de couleur très variable, vert pâle à brun foncé, habituellement avec des bandes diagonales foncées. De nombreuses fabacées indigènes et introduites sont utilisées comme plantes hôtes.

Abondance : Le L. marina est abondant dans le sud des États-Unis, mais ses effectifs diminuent lorsqu'il migre vers le nord.

Période de vol : Dans le sud des États-Unis, de nombreuses générations se succèdent chaque année, et les adultes volent douze mois par année. Plus au nord, le L. marina vole de mai à octobre.

Comportement et habitat : Dans le sud des États-Unis, le L. marina se rencontre pratiquement partout, même dans les terrains vagues et en milieu urbain, où la plantation d'arbustes d'ornement comme les glycines (Wisteria spp.) est la cause de fortes proliférations locales. Le L. marina a un vol rapide et erratique et se déplace près du sol. Il est un des rares Lycaenidae qui effectuent régulièrement de longues migrations.

Observations : Au milieu de juin 1993, plusieurs femelles usées ont été observées volant dans le parc national de la Pointe-Pelée, en Ontario. La présence d'individus frais a par la suite été signalée entre le 13 et le 22 juillet, le 26 août et le 19 septembre. Ces observations révèlent que trois générations ont volé dans le parc cette année-là. Selon toute vrais emblance, le L. marina aurait utilisé comme plante hôte une légumineuse abondante dans la région, le mélilot blanc (Melilotus alba) (Wormington, 1994).

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.