Limenitis lorquini (Boisduval, 1852)

Description : Bien qu'il soit légèrement plus petit (envergure : 47 à 71 mm) que ses congénères, le Limenitis lorquini est une espèce très spectaculaire. Sur le dessus, il se reconnaît facilement à l'extrémité orange de son aile antérieure. Les ailes sont traversées sur leurs deux faces d'une bande blanche. Les femelles sont beaucoup plus grandes que les mâles.

Sous-espèces : Aucune. Dans le passé, les populations du Canada et du nord-ouest des États-Unis étaient assimilées à la sous-espèce burrisonii, décrite à l'origine de « Landsdowne » [ruisseau Lansdowne, près de Fairmont Hot Springs?], en Colombie-Britannique; voir la section Observations, ci-dessous.

Répartition géographique : Le L. lorquini est essentiellement une espèce côtière dans l'ouest des États-Unis, mais il se rencontre plus à l'intérieur des terres dans le nord des on aire. Au Canada, il est répandu dans le sud de la Colombie-Britannique, y compris l'île de Vancouver, jusqu'au lac Émeraude au nord. Il se rencontre également dans l'extrême sud-ouest de l'Alberta. Il a été observé une fois dans le sud-ouest de la Saskatchewan, dans les collines du Cyprès.

Espèces semblables : L'amiral (L. a. rubrofasciata) et le L. weidemeyerii ressemblent à cette espèce, mais ils n'ont pas l'extrémité de l'aile antérieure orange. [images comparatives]

La description de cette image suit.
Limenitis lorquini, oeuf. J.B. Tatum

Stades immatures : La chenille mature est marbrée d'olive et de jaune et porte une tache blanche sur le dos. Elle est moins bossue que ses congénères. Elle se nourrit sur un certain nombre d'essences, dont des saules (Salix spp.), des peupliers (Populus spp.) et des cerisiers (Prunus spp.). Elle se rencontre également sur des arbres de verger, comme les pruniers, les cerisiers et les pommiers.

Abondance : Le L. lorquini est commun localement dans le sud de la Colombie-Britannique, mais rare en Alberta et en Saskatchewan.

La description de cette image suit.
Limenitis lorquini. Victoria, C.-B. J.B. Tatum

Observations : La sous-espèce burrisonii a été décrite d'après une série de spécimens provenant du sud-est de la Colombie-Britannique. Ces spécimens n'avaient pas detache apicale orange sur l'aile antérieure, mais ils avaient la bande blanche sur l'aile postérieure flanquée de taches rouges; en outre, les plages d'écailles blanches en dessous des ailes étaient moins étendues. Les spécimens du sud-est de la Colombie-Britannique et du sud-ouest de l'Alberta satisfaisant à cette description sont des hybrides entre le L. lorquini et le L. arthemis.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.