Lycaena dione (Scudder, 1869)

Description : Le Lycaena dione se distingue de tous les autres cuivrés nord-américains par sa grande taille (envergure : 31 à 36 mm) et la coloration grise du dessus de ses ailes. Chez le mâle, l'aile postérieure est marginée d'une bande orange et de plusieurs petites taches noirs. Chez la femelle, cette bande est plus étendue, et l'aile antérieure porte quelques taches orange. Le dessous des ailes est brun blanchâtre pâle, avec de nombreux points noirs; la bande marginale orange en dessous de l'aile postérieure est plus marquée chez les populations occupant la portion est de l'aire de l'espèce.

Sous-espèces : Aucune; voir la section Observations, ci-dessous.

Répartition géographique : Répandu dans la région des Grandes Plaines aux États-Unis, le L. dione se rencontre également au Canada dans les Prairies, au nord jusqu'à Edmonton, en Alberta. La seule population connue de la Colombie-Britannique se trouve au lac Elizabeth, près de Cranbrook; cette population est menacée de disparition par l'altération de son habitat autour du lac (Guppy et al., 1994). Ce cuivré se rencontre également dans le sud du Manitoba et en plusieurs endroits du nord-ouest de l'Ontario, à l'est de la frontière du Manitoba.

Espèces semblables : Voir la section Observations, ci-dessous.

Stades immatures : La chenille mature est verte, vert jaunâtre ou orange, avec des bandes orange foncé sur le dos. Au Canada, elle se nourrit sur diverses espèces du genre Rumex, dont la patience crépue (Rumex crispus) et la patience occidentale (R. occidentalis).

Abondance : Le L. dione est généralement peu commun et distribué en populations localisées, mais il est tenu pour commun dans certaines localités (Klassen et al., 1989).

Période de vol : Ce cuivré vole de la fin de juin au milieu d'août au Canada.

Comportement et habitat : Dans les Prairies, le L. dione se rencontre habituellement dans des milieux humides comme les rives de cours d'eau et les fossés routiers où poussent ses plantes hôtes. En raison de son vol rapide et saccadé, il est difficile à suivre des yeux.

Observations : Il convient ici de s'attarder sur trois noms. Le L. xanthoides (Boisduval) est un grand cuivré qui vit dans les régions côtières de la Californie et de l'Oregon. Le dessous de l'aile postérieure est brun pâle, avec de petites taches brun plus foncé et une bande marginale orange courte et étroite. Le L. dione est approximativement de la même taille ou légèrement plus grand et vole dans toute la région des Grandes Plaines. En dessous, les ailes sont brun blanchâtre pâle, avec de petites taches très foncées, presque noires, et la bande marginale orange est longue et large. Du fait de leurres semblance, ces deux taxons ont longtemps été considérés comme deux sous-espèces d'unemême espèce. Entre les aires de ces deux taxons, un cuivré de plus petite taille, le L. editha (Mead), se rencontre dans les Rocheuses, la Sierra Nevada et la région du Grand Bassin. En dessous, les ailes sont brunes, avec des taches plus grandes, un peu plus foncées, souvent réunies et fusionnées. Scott (1986) a montré que les aires du L. xanthoides et du L. editha se recoupent dans le nord de la Californie et que ces deux taxons y produisent des formes intermédiaires. Il a donc traité les trois taxons susmentionnés comme des sous-espèces du L. xanthoides. Les aires du L. editha et du L. dione se chevauchent largement au Montana, mais les deux espèces ne semblent pas s'hybrider. En conséquence, nous traitons le L. dione comme une espèce distincte. Quant à savoir si le L. editha est une sous-espèce du L. xanthoides ou non, le débat demeure ouvert, car Pratt et al. (1991) mentionnent n'avoir observé aucun ou presque aucun signe d'hybridation entre ces deux taxons en Californie. La présence du L. editha a déjà été signalée dans le sud-ouest de l'Alberta (Ferris et Brown, 1981; Scott, 1986), mais nous n'avons trouvé aucun matériel étayant cette mention. Le L.editha se rencontre cependant au Montana, près de la frontière de l'Alberta, et il pourrait être présent dans le parc national des lacs-Waterton.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.