Cuivré de la potentille (Lycaena dorcas) (W. Kirby, 1837)

Description : Le Lycaena dorcas est un petit papillon (envergure : 19 à 27 mm) aux ailes en grande partie brunes sur le dessus, avec des reflets irisés violacés chez le mâle. Chez les deux sexes, les ailes sont parsemées de petites taches noires et, à part les quelques taches près de l'angle anal de l'aile postérieure, comportent peu de zones orange. En dessous, l'aile antérieure est orange-jaune et l'aile postérieure, brun-orange.

Sous-espèces : Quatre sous-espèces ont été répertoriées au Canada. La sous-espèce nominale dorcas se rencontre dans l'est et le centre du Canada, jusque dans le sud des Territoires du Nord-Ouest au nord. La sous-espèce florus vole en Alberta et en Colombie-Britannique et remonte jusqu'à l'océan Arctique dans les monts MacKenzie. La sous-espèce arcticus habite l'ouest du Yukon et l'Alaska. Enfin, la sous-espèce claytoni se trouve dans le Maine et n'est connue au Canada que d'une petite région de l'ouest du Nouveau-Brunswick.

Répartition géographique : Le cuivré de la potentille a longtemps été considéré comme une espècede l'Ouest présentant quelques populations isolées dans l'est du pays. L'ouverture de la route de la baie James et de la route Trans-Labrador a cependant révélé qu'il est également répandu dans l'Est au sud de la toundra, depuis le Yukon jusqu'à la presqu'île d'Avalon, à Terre-Neuve. Il est cependant absent des Prairies et de l'est de l'Ontario.

Espèces semblables : Le cuivré mauve (L. helloides) a une bande orange sur le bord de l'aile postérieure, et la femelle a le dessus des ailes plus orangé que celle du cuivré de la potentille (voir également la section Observations). Le cuivré des tourbières (L. epixanthe) a le dessous des ailes jaunâtre ou gris argenté, jamais orange. Chez le cuivré des marais salés (L. dospassosi), plus grand, les taches noires sur les deux faces des ailes sont beaucoup plus grandes, et les ailes sont chamois jaunâtre pâle en dessous. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est vert pâle, marbrée de brunâtre, avec des taches obliques blanches sur chaque segment et une ligne verte sur le milieu du dos. Le corps est couvert de courts poils blancs, et la tête est havane. À l'état larvaire, le cuivré de la potentille se nourrit habituellement sur la potentille frutescente (Potentilla fruticosa), mais il utilise également la potentille palustre (Potentilla palustris) en Alberta (Norbert Kondla, comm. pers.).

Abondance : Le cuivré de la potentille peut être abondant localement, mais il ne s'éloigne jamais de sa plante hôte.

Période de vol : Le cuivré de la potentille connaît une génération par année. Dans certaines localités, il émerge à la fin de juin et vole jusqu'à la fin d'août.

Comportement et habitat : Ce papillon fréquente habituellement les milieux humides comme les prés humides, les tourbières et les rives des cours d'eau. Toutefois, le long de la route de la baie James, il se rencontre dans presque tous les habitats où il y a des fleurs. Au Manitoba, il est généralement confiné aux tourbières acides.

Observations : S'il est généralement admis que le cuivré de la potentille remplace le cuivré mauve (L. helloides) dans l'est et le nord du Canada, le statut de certaines de ses populations dans l'ouest du pays demeure à clarifier. La sous-espèce florus a été traitée par de nombreux auteurs comme une sous-espèce du L. helloides ressemblant au L. dorcas. D'autres populations de la Colombie-Britannique et du Yukon présentent des caractères intermédiaires entre le L. dorcas et le L. helloides. En accord avec Ferris (1977), nous associons au L. dorcas les populations arctiques et alpines monovoltines (une génération par année) se nourrissant sur le Potentilla fruticosa, et au L. helloides les populations multivoltines des basses terres des Prairies et de la Colombie-Britannique se nourrissant sur diverses espèces de Polygonum et de Rumex. Dans l'ouest du Canada, les deux espèces peuvent être difficiles à départager uniquement sur la base de l'apparence. Autrefois considéré comme une sous-espèce du L. dorcas, le L. dospassosi est élevé ci-après au rang d'espèce distincte.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.