Cuivré des marais salés (Lycaena dospassosi) (McDunnough, 1940)

Description : Le cuivré des marais salés est plus grand (envergure : 25 à 31 mm) que le cuivré de la potentille. Chez le mâle, le dessus des ailes est d'un violet plus terne, et les taches noires, sur les deux faces des ailes, sont beaucoup plus grandes. En dessous, l'aile antérieure est chamois jaunâtre pâle, et l'aile postérieure, un peu plus brune, avec une bande submarginale de lunules jaunes. La femelle est semblable au mâle, sauf que le dessus des ailes est brun, avec la rangée postmédiane de taches noires bordée extérieurement par une bande submarginale partielle jaune.

Répartition géographique : Le Lycaena dospassosi n'est connu que de quelques marais salés de labaie des Chaleurs, dans la région frontalière Québec-Nouveau-Brunswick, et de la Gaspésie, au Québec.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Dans la région restreinte où ils se rencontrent ensemble, le Lycaena  dorcas se distingue du L. dospassosi par les caractères suivants : envergure moindre, points plus petits sur les ailes, reflets irisés violacés sur le dessus des ailes, dessous de l'aile antérieure orange-jaune, dessous de l'aile postérieure brun-orange, marqué d'une bande sumarginale de lunules orange rougeâtre. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille et la chrysalide sont d'un vert plus uniforme, sans marbrures brunes, contrairement à celles du cuivré de la potentille (Lycaena dorcas) (Reginald Webster, comm. pers.). La plante hôte est la potentille d'Egede (Potentilla egedii).

Abondance : Le cuivré des marais salés est connu de quelques marais salés seulement, mais il peuty être relativement commun.

La description de cette image suit.
Cuivré des marais salés (Lycaena dospassosi) femelle. Île Hay, Neguac, N.-B. A.W. Thomas

Période de vol : Le L. dospassosi vole de la fin de juillet au milieu d'août.

Comportement et habitat : Les adultes se rassemblent en grand nombre sur les fleurs de limonium de Nash (Limonium nashii) et ne se rencontrent pas dans les milieux où cette plante est rare ou absente (Louis Handheld, comm. pers.).

Observations : Le cuivré des marais salés était jusqu'à récemment considéré comme une sous-espèce du cuivré de la potentille (Lycaena dorcas), mais nous l'élevons au rang d'espèce distincte en nous fondant en bonne partie sur les recherches effectuées sur le terrain par Louis Handfield au Québec et Reginald Webster au Nouveau-Brunswick. Une colonie du cuivré des marais salés est établie à Saint-Siméon-de-Bonaventure, au Québec, à seulement six kilomètres d'une colonie du cuivré de la potentille, à Bonaventure. Aucune forme intermédiaire n'a été observée dans ces colonies. Le marais de Bonaventure est moins salé parce qu'il est situé à proximité de la rivière Bonaventure; les autres marais de la Gaspésie abritant des colonies de cuivrés de la potentille sont également moins salés que ceux habités par le cuivré des marais salés. Les colonies de cuivrés des marais salés observées par Louis Handfield (comm. pers.) en plusieurs endroits du Québec sont étroitement associées au Potentilla egedii, mais pas au P. anserina ni au P. fruticosa. En comparaison, le cuivré de la potentille, à Bonaventure, est associé au P. fruticosa, mais pas au P. egedei ni au P. anserina, qui poussent à proximité.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.