Cuivré des tourbières (Lycaena epixanthe) (Boisduval & Le Conte, [1835])

Description : Le Lycaena epixanthe est un très petit cuivré (envergure : 17 à 22 mm). Le dessus des ailes est brun-gris, avec des reflets violacés brillants chez le mâle. Chez ce dernier, le milieu dechaque aile est orné d'un gros point noir, mais les autres taches sont plus petites et peu visibles; chezla femelle, toutes les taches sont bien marquées. Selon la sous-espèce, le dessous des ailes peut être blanc, jaunâtre à crème ou gris argenté, avec de petits points noirs et une fine bande submarginale orange sinueuse.

Sous-espèces : Trois sous-espèces sont reconnues au Canada. La sous-espèce phaedra a le dessous des ailes blanc crayeux et se rencontre en Nouvelle-Écos se et à Terre-Neuve. La sous-espèce nominale epixanthe a le dessous des ailes jaune et vole dans le sud du Nouveau-Brunswick et le sud-est du Québec. La sous-espèce michiganensis a le dessous de l'aile antérieure jaune pâle et le dessous de l'aile postérieure gris pâle et est présente depuis le centre du Québec et de l'Ontario jusqu'au Manitoba.

Répartition géographique : L'aire du cuivré des tourbières au Canada détermine une bande qui s'étend du parc national du mont-Riding, au Manitoba, à St. John's, à Terre-Neuve. Au Québec, ce cuivré a récemment été observé au nord jusqu'au km 433 de la route de la baie James. Vers le sud, il se rencontre jusqu'en Virginie, dans l'est des États-Unis.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Le cuivré de la potentille (L. dorcas) et le cuivré mauve (L. helloides) sont plus grands et ont plus de taches noires sur les ailes. Elles se distinguent également du cuivré des tourbières à la coloration brun-orange de leurs ailes en dessous. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est vert bleuté, avec une bande vert foncé sur le dos et des taches vert plus foncé sur les côtés. Le corps est couvert d'une courte pubescence blanche. À l'état larvaire,le cuivré des tourbières se nourrit sur la canneberge à gros fruits (Vaccinium macrocarpon) et la canneberge commune (V. oxycoccos). Les oeufs, déposés en dessous des petites feuilles de la plante hôte, peuvent survivre même s'ils sont submergés durant tout l'hiver.

La description de cette image suit
Cuivré des tourbières.
Lycaena epixanthe michiganensis mâle.
Tourbière Byron, London, Ont. J. Cossey

Abondance : Bien qu'il soit confiné aux tourbières minérotrophes et oligotrophes, le cuivré des tourbières peut être assez commun à certains endroits, en particulier dans la portion est de son aire au Canada.

Période de vol : Le cuivré des tourbières vole de la mi-juin à la mi-juillet dans la région d'Ottawa, mais plus tard dans les régions situées plus au nord et plus à l'ouest. Au Manitoba, par exemple, la période de vol s'étend de la fin de juillet au milieu d'août.

Comportement et habitat : Le L. epixanthe se rencontre exclusivement dans les milieux humides et tourbeux. Il vole lentement, au ras du sol. Il se pose souvent sur les plants de canneberge. Il se nourrit d'ailleurs presque exclusivement sur les fleurs de canneberge.

Observations : Le cuivré des tourbières est très variable d'une localité à l'autre, mais très peu en un endroit donné. Dans la région de Québec, où les aires des sous-espèces epixanthe et michiganensisse rejoignent, chaque tourbière est habitée par une seule sous-espèce, et chaque sous-espèce forme des lignées pures en laboratoire. Aucun essai d'hybridation n'a été tenté à ce jour.

En 1987, RAL a observé des cuivrés des tourbières qui volaient en compagnie de cuivrés de la potentille (L. dorcas) dans trois tourbières situées sur le bord de la route de la baie James, au Québec. Le cuivré des tourbières demeurait toujours dans les parties les plus dégagées et les plus herbeuses des tourbières, tandis que le cuivré de la potentille volait sur le bord des tourbières, parmi les bosquets d'arbustes.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.