Cuivré mauve (Lycaena helloides) (Boisduval, 1852)

Description : Le Lycaena helloides est un autre cuivré dont les ailes, sur le dessus, présentent des reflets violacés chez le mâle et sont parsemées de petites taches noires chez les deux sexes. Chez le mâle, l'aile postérieure est marquée sur ses deux faces d'une étroite bande orange festonnée. Le dessous de l'aile postérieure est havane rosé terne. La femelle a les ailes en grande partie orangées sur le dessus, contrairement aux autres cuivrés semblables. Envergure : 23 à 33 mm.

Répartition géographique : Avant tout une espèce de l'Ouest, le cuivré mauve se rencontre du sud de la Colombie-Britannique jusque dans le nord du Mexique et, vers l'est, jusque dans le sud de l'Ontario. Il est répandu dans le sud de la Colombie-Britannique (île de Vancouver et région intérieure de la province) et dans le sud des Prairies. Une population isolée vit dans le district de la rivière de la Paix, dans le nord de l'Alberta. Vers l'est, sa présence a été mentionnée jusque dans la région de Toronto. Une autre mention provenant d'Ottawa s'est avérée erronée (Ferris, 1977).

Espèces semblables : Le cuivré de la potentille (L. dorcas) et le cuivré des tourbières (L. epixanthe); voir les descriptions de ces espèces. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est verte, avec des bandes jaunâtres sur le dos et des marques obliques jaunes sur les côtés. Elle se nourrit principalement sur diverses polygonacées comme les renouées (Polygonum spp.) et les patiences (Rumex spp.).

Abondance : Le L. helloides est habituellement le cuivré le plus commun dans l'ouest du Canada, mais ses effectifs fluctuent d'une année à l'autre (Klassen et al., 1989). Il est rare et distribué en colonies localisées en Ontario (Holmes et al.., 1991).

Période de vol : Le cuivré mauve produit deux générations au Canada. La première génération vole principalement en juin et en juillet, et la deuxième, en août et en septembre.

Comportement et habitat : Dans l'ouest du pays, ce cuivré est commun dans les champs ouverts, les prés humides et le long des routes. Il se rencontre souvent dans les terrains vagues. Les adultes s'aventurent parfois loin de leurs plantes hôtes.

Observations : Nous avons déjà fait mention des problèmes taxonomiques et des difficultés entourant l'identification de cette espèce (voir sous Cuivré de la potentille).

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.