(Lycaena rubida) (Behr, 1866)

Description : Comme chez la plupart des cuivrés, le mâle et la femelle sont passablement différents. Chez les deux sexes, le dessous des ailes est blanc, avec de grosses taches noires sur l'aile antérieure. Chez le mâle, le dessus des ailes est cuivré foncé, en particulier l'aile postérieure, avec des taches noires indistinctes. Chez la femelle, l'aile antérieure est orange, avec des taches noires bien visibles, et l'aile postérieure est ornée d'une bande submarginale orange sinueuse. Envergure : 28 à 32 mm.

Sous-espèces : La sous-espèce sirius se rencontre au Canada.

Répartition géographique : Le Lycaena rubida se rencontre essentiellement dans les montagnes et les prairies adjacentes dans l'ouest des États-Unis. Au Canada, il est connu uniquement du sud de l'Alberta et du sud-ouest de la Saskatchewan.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Le L. cuprea est plus foncé et plus distinctement ponctué. La femelle du L. heteronea ressemble au L. rubida, mais elle n'a pas de bande orange sur le dessus de l'aile postérieure. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est brune, avec une bande rougeâtre foncé bordée de jaune sur le milieu du dos (Scott, 1986). Aux États-Unis, diverses espèces de Rumex sont utilisées comme plantes hôtes. En Saskatchewan, les adultes se rencontrent généralement à proximité de la patience veinée (Rumex venosus) (Hooper, 1973).

Abondance : Le L. rubida n'est généralement pas considéré comme commun au Canada, mais il l'est dans les collines Great Sand, au nord de Tompkins, en Saskatchewan (Hooper, 1973).

Période de vol : Le L. rubida vole du milieu de juillet au début d'août.

Comportement et habitat : Le L. rubida se rencontre dans des milieux plus secs que les autres cuivrés. Il vole très rapidement, mais il se pose fréquemment sur les fleurs pour se nourrir de nectar.

Observations : Avec ses ailes blanches en dessous et orange étincelant sur le dessus, ce cuivré passe rarement inaperçu lorsqu'il se pose sur une fleur pour se nourrir. En Arizona, des fourmis ont été observées en train de recueillir des oeufs fraîchement pondus de cette espèce. Cette observation donne à croire que ce cuivré, à l'instar d'autres espèces de la famille des Lycaenidae, pourrait entretenir à l'état larvaire des relations privilégiées avec les fourmis (Dornfeld, 1980).

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.