Mentions douteuses

Amblyscirtes aesculapius
(Fabricius, 1793)

Un exemplaire de cette espèce est conservé dans la collection J.B. Wallis au Royal Saskatchewan Museum of Natural History, à Regina. Il s'agit d'un mâle fraîchement émergé qui, selon les indications figurant sur l'étiquette, aurait été capturé à Minto, au Manitoba, par W.D. Leathers, en 1947. On ne sait rien ni de l'histoire de ce spécimen ni du collectionneur. L'Amblyscirtesaesculapius est un petit hespéride (envergure : 25 à 32 mm) aux ailes brun grisâtre terne sur le dessus. Il se distingue de toutes les autres espèces d'Amblyscirtes par le réseau maillé de lignes blanches ou jaunâtres qui longent et croisent les nervures en dessous de l'aile postérieure. L'A. aesculapius n'est connu que du sud-est des États-Unis, jusqu'au Missouri au nord-ouest. La distance qui sépare le Manitoba de l'aire de répartition de cette espèce nous incite à conclure à une erreur d'étiquetage.

Lycaena editha
(Mead, 1878)

Au cours des 50 dernières années, divers auteurs, dont Ferris et Brown (1981) et Scott (1986), ont signalé la présence du Lycaena editha en Alberta, dans la plupart des cas dans le sud-ouest de la province. Aucun auteur contemporain n'est cependant parvenu à authentifier ces mentions. Ce papillon est toutefois présent dans le nord du Montana, près de la frontière canado-américaine, au sud du parc national des Lacs-Waterton (Alberta). Il vole en terrain élevé dans les prés humides, et les recherches visant à confirmer sa présence devraient être menées en juillet et en août le long dela frontière entre l'Alberta et les États-Unis. Selon Bird et al.. (1995), la probabilité que cette espèce soit un jour découverte en Alberta est élevée. Elle est très semblable au Lycaena dione, mais elle est un peu plus petite, et les taches foncées en dessous de l'aile postérieure sont plus grandes et plus pâles.

Speyeria egleis
(Behr, 1862)

La présence de cette espèce a été mentionnée à plusieurs reprises dans le sud-ouest de l'Alberta et de la Colombie-Britannique (Guppy et al., 1994). Toutes ces mentions sont le résultat d'erreurs d'identification. Le Speyeria egleis se rencontre toutefois à proximité de la frontière canado-américaine, au Montana, et sa découverte dans le sud de l'Alberta demeure possible.

Nymphalis urticae
(Linnaeus, 1758)
Petite tortue

Un mâle de cette espèce européenne s'est envolé d'une boîte ouverte à Halifax (Nouvelle-Écosse),le 7 novembre 1970. Le colis avait été préparé à Oxford, au Royaume-Uni, le 23 août. Le spécimen a été capturé immédiatement, et il se trouve actuellement au Nova Scotia Museum à Halifax (Scott et Wright, 1972)

Nymphalis io
(Linnaeus, 1758)
Paon-du-jour

Une femelle de cette espèce européenne a été capturée par Jacques Leclerc le 21 mai 1997 dans l'île Charron, non loin du port de Montréal, dans le Saint-Laurent. Comme dans le cas de l'espèce précédente, ce spécimen provenait vrai semblablement d'Europe et s'était envolé d'un des navires mouillant dans le port de Montréal. L'avenir nous dira s'il s'agissait simplement d'un incident isolé ou si cette espèce parviendra à établir une population viable dans la région de Montréal.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.