Oarisma garita (Reakirt, 1866)

Description : L'Oarisma garita a le dessus des ailes brun orangé, sans taches ni marques foncées ou pâles. En dessous, l'aile antérieure est brun orangé avec le bord interne noir, et l'aile postérieure est brun grisâtre foncé, avec le bord interne orange. Les nervures sont très finement surlignées de gris pâle. Envergure : 20 à 25 mm.

Répartition géographique : L'O. garita est répandu au Mexique et dans tout le Midwest américain. Au Canada, il se rencontre depuis le sud du Manitoba jusqu'au district de la rivière de la Paix de l'Alberta et de la Colombie-Britannique. Il est également présent dans quelques régions du sud de l'intérieur de la Colombie-Britannique et dans la région de l'île Manitoulin en Ontario.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : L'O. garita est plus petit que l'O. poweshiek. Les grands individus se reconnaissent à la coloration générale beaucoup plus claire des deux faces des ailes et à l'absence de fort surlignage sur les nervures en dessous de l'aile postérieure. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est vert pâle, avec une bande blanche sur le dos et sept bandes blanches sur les côtés. Les chenilles hibernent au quatrième stade (Scott, 1986). Les plantes hôtes sont des graminées.

Abondance : Contrairement à l'O. poweshiek, l'O. garita est commun et répandu.

Période de vol : L'O. garita produit une génération par année et vole de la mi-juin à la mi-juillet.

Comportement et habitat : L'O. garita vole dans la prairie sèche et humide à graminées courtes, mais seulement dans les endroits où il y a des graminées indigènes.

Observations : La colonie de l'île Great La Cloche, dans le district de Manitoulin, en Ontario, a été découverte par Paul Catling le 26 juin 1976, dans un grand alvar calcaire. En 1992, il a été démontré que la colonie s'étendait sur au moins huit kilomètres le long de la route 6, pratiquement jusqu'aux limites de l'alvar. Contrairement à ce que suggère Scott (1986), nous doutons qu'il s'agisse d'une population introduite, car des populations reliques de nombreuses espèces d'oiseaux, d'insectes et de plantes des prairies sont présentes dans la région.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.