Panoquina ocola (W.H. Edwards, 1863)

Description : Le Panoquina ocola est une grande espèce (envergure : 29 à 33 mm) brun foncé aux ailes antérieures pointues et allongées. Le dessus de l'aile antérieure est orné d'une série de taches blanches dont la plus grande est distinctement en forme de V. L'aile postérieure est dépourvue detaches sur ses deux faces. Chez la femelle, le dessous de l'aile postérieure a un reflet iridescent violacé.

Répartition géographique : Le Panoquina ocola est une espèce du sud-est des États-Unis quis'aventure parfois vers le nord jusqu'en Ohio et en Pennsylvanie, rarement jusque dans le sud de l'Ontario.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Aucune au Canada.

Stades immatures : La chenille est vert grisâtre, sauf les deux premiers segments qui sont vert-bleu, avec une ligne foncée sur le dos et une ligne blanc verdâtre sur les côtés. La tête est vert pâle (Opler et Malikul, 1992). Diverses graminées sont utilisées comme plantes hôtes.

Abondance : Aux États-Unis, les effectifs du P. ocola fluctuent et augmentent au cours de l'été. Au Canada, cette hespérie est considérée comme un visiteur du Sud très rare.

Période de vol : Le P. ocola vole douze mois par année en Floride et au Texas et migre chaque année vers le nord, atteignant occasionnellement l'État de New York et l'Ohio en septembre ou en octobre.

Comportement et habitat : Les adultes préfèrent les milieux humides plus au sud, mais ils se rencontrent dans n'importe quel type d'habitat fleuri pendant les migrations. Cette espèce a été observée pour la première fois au Canada en 1991, à la fin d'un été très chaud et sec. Durant ce même été, de nombreux migrateurs rares ont été observés en nombres sans précédent mais, paradoxalement, cette hespérie n'a pas été vue en Ohio, au sud du lac Érié.

Observations : Les deux premières mentions du P. ocola au Canada nous proviennent de Hamilton, en Ontario (Bob Curry, 8 septembre 1991) et de la pointe Pelée, en Ontario (quatre individus, 21 septembre 1991, Sid Daniels, Alan Wormington et Bob Curry) (Curry, 1992). Le P. ocola a été observé quatre fois à la pointe Pelée entre le 19 septembre et le 13 octobre 1995 (Alan Wormington, Tim Sabo).

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.