Machaon (Papilio machaon) (Linnaeus, 1758)

Description : Le groupe Papilio machaon est l'un des groupes de papillons diurnes les plus complexes en Amérique du Nord. Au fil des ans, les définitions des espèces, des sous-espèces et des formes qui le composent ont changé considérablement. Certains spécialistes, notamment Scott (1986) et Sperling (1987), ont placé un certain nombre d'anciennes « espèces » (soit oregonius, dodi et bairdii) en synonymie avec machaon. Nous avons suivi ce traitement taxonomique. Au Canada, toutes les formes du machaon sont essentiellement jaunes et ressemblent beaucoup au Papilio zelicaon. Sous toutes ses formes, le P. machaon se reconnaît habituellement à l'aspect caractéristique de l'ocelle qui orne le dessus de son aile postérieure, dont la pupille noire touche au bord abdominal de l'aile. Envergure : 51 à 95 mm.

Sous-espèces : La sous-espèce nominale habite l'Ancien Monde. Des travaux récents ont mené à la distinction de six sous-espèces du P. machaon au Canada. La sous-espèce aliaska, de petite taille, habite l'Alaska, le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest et le nord de la Colombie-Britannique. Lasous-espèce hudsonianus vole au Nunavut et dans le nord des provinces des Prairies et de l'Ontario et l'extrême nord-ouest du Québec. La sous-espèce oregonius, plus grande et d'un jaune plus pâle, vit dans les régions sèches du sud de la Colombie-Britannique. La sous-espèce dodi se rencontre dans les badlands de l'Alberta et de la Saskatchewan. La sous-espèce bairdii, essentiellement américaine, est présente dans le sud de la Saskatchewan et a été observée quelques fois au Manitoba et en Alberta. La sous-espèce pikei, décrite récemment, vole dans la région de la rivière de la Paix en Alberta et les régions limitrophes en Colombie-Britannique.

Répartition géographique : Cette espèce est présente dans tout l'hémisphère Nord. Au Canada, elle se rencontre depuis la côte arctique du Yukon, le Nunavut et les Territoires du Nord-Ouest jusque dans le sud de la Colombie-Britannique (à l'exception des régions côtières) et, vers l'est, jusque dans le nord-ouest du Québec en passant par les provinces des Prairies et le nord de l'Ontario.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Le Papilio zelicaon est très semblable au machaon, mais la pupille noire de l'ocelle sur le dessus de l'aile postérieure n'atteint pas le bord abdominal de l'aile. [images comparatives]

La description de l'image suit.
Machaon (Papilio machaon aliaska). Mont Pink, C.-B. J.T. Troubridge

Stades immatures : La chenille ressemble à celle du papillon du céleri (P. polyxenes). Dans la majeure partie de l'Eurasie, le machaon est associé à l'état larvaire à un large éventail de plantes de la famille du persil (Apiacées). En Sibérie et en Amérique du Nord, il se nourrit sur des astéracées (= composées). La sous-espèce aliaska est associée à l'armoise arctique (Artemisia arctica), tandis que les sous-espèces oregonius, dodi, pikei et bairdii se nourrissent sur l'estragon (Artemisia dracunculus). L'identité des plantes hôtes de la sous-espèce hudsonianus est plus incertaine, mais plusieurs mentions associent cette sous-espèce à diverses espèces de pétasites (Petasites spp., Astéracées) et à la livêche d'écosse (Ligusticum scothicum, Apiacées). Les hybrides P. machaon et P. polyxenes (anciennement connus sous le nom de P. kahli), dans le sud du Manitoba, et P. machaon et Papilio zelicaon, dans le centre et l'ouest de l'Alberta, se nourrissent sur la zizia des marais (Zizia aptera) (Sperling, 1987).

Abondance : L'abondance varie selon la sous-espèce; dans la plupart des régions, le machaon est peu commun, mais il peut être localement commun à certains endroits.

Période de vol : La période de vol varie d'une sous-espèce à l'autre. Les sous-espèces les plushâtives, oregonius et dodi, vivent dans des habitats plus chauds et plus secs comme les badlands et volent de mai jusqu'en juillet, puis de nouveau en août et en septembre. Dans le sud des provinces des Prairies, la sous-espèce bairdii n'a qu'une génération par année et vole en juillet et en août. Les adultes des trois autres sous-espèces se rencontrent de la fin de mai jusqu'en juillet dans les zones subarctique et boréale et le nord des Prairies.

Comportement et habitat : Dans les nombreux habitats différents qu'il fréquente, le machaon se rencontre le plus souvent au sommet de collines exposées ou de falaises. Les mâles patrouillent ces secteurs pour établir leur dominance et s'accoupler avec les femelles qui remontent du fond des vallées environnantes. Jusqu'à douze mâles, parfois davantage, peuvent se disputer un poste d'observation avantageux au sommet d'une colline.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.