Croissant nordique (Phyciodes cocyta) (Cramer, 1777)

Description : Très semblable au croissant perlé, ce petit papillon (envergure : 25 à 35 mm) est reconnu comme une espèce à part entière depuis quelques années seulement. Le dessus des ailes est orange brillant, largement marginé de noir. Le croissant nordique se reconnaît à ses grandes plages orange sans marques sur le dessus de l'aile postérieure. La femelle est plus grande et présente un réseau de taches noires plus étendu. Elle est de ce fait souvent confondue avec le croissant perlé (P.tharos) et le croissant fauve (P.batesii). Le dessous et l'apex de la massue antennaire sont orange.

Sous-espèces : Les petits individus des populations nordiques ont été assimilés à une forme appelée arcticus, et les plus grands, du sud de la Colombie-Britannique, à la forme pascoensis. Cette espèce est cependant tellement variable que nous ne reconnaissons aucune sous-espèce au Canada.

Répartition géographique : Le Phyciodes cocyta vit plus au nord que le croissant perlé et se rencontre depuis le nord-est des États-Unis jusque dans l'île de Vancouver. Il se rencontre très haut au nord, jusqu'à la rivière Sawbill au Labrador, à Inukjuak (Port Harrison) au Québec, à Churchill au Manitoba, à Fort McPherson dans les Territoires du Nord-Ouest et à la rivière Ogilvie, au Yukon.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Reconnu récemment comme une espèce distincte, le croissant perlé se reconnaît à ses plages orange traversées de lignes noires sur le dessus de l'aile postérieure et, dans l'est du Canada, à ses massues antennaires généralement noires et blanches. Le croissant fauve (P. batesii) présente un réseau de marques noires plus étendu sur le dessus des ailes, et ses massues antennaires sont noires et blanches. Les différences avec les espèces de Phyciodes de l'Ouest sont exposées ci-après sous ces espèces. [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est semblable à celle du croissant perlé, à l'exception des épines ramifiées, qui sont d'un brun plus pâle ou gris rosé. Elle se nourrit sur divers asters, dont l'aster simple (Aster simplex) au Manitoba (Klassen et al., 1989).

Abondance : Le P. cocyta est l'un des papillons diurnes les plus communs à l'échelle de son aire au Canada.

Période de vol : Dans la plupart des régions, le croissant nordique vole de la mi-juin à la mi-juillet, entre les première et deuxième générations du croissant perlé. Il produit une deuxième génération partielle au début de septembre.

Comportement et habitat :  Le croissant nordique se rencontre dans des habitats très diversifiés, des terrains vagues en milieu urbain aux prés en terrain montagneux, pratiquement partout où il y a des asters. Il est plus souvent observé dans les prés humides verdoyants que le croissant perlé. Il forme souvent des attroupements autour des mares de boue. En vol, il se distingue habituellement facilement des papillons orange et noirs qui lui ressemblent par sa cadence singulière alternativement battue et planée.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.