Pieris angelika (Eitschberger, 1981)

Description : Le Pieris angelika est plus petit (envergure : 33 à 42 mm) que la piéride des crucifères (P. oleracea) et remplace cette dernière dans les montagnes de l'ouest des Territoires du Nord-Ouest et du Yukon. Chez le mâle, principalement blanc sur le dessus, l'aile antérieure, moins ronde que chez la piéride des crucifères, est ornée d'une fine ligne noire sur la costa et le bord externe, et les nervures sont sur lignées de noir sur une courte distance dans la région apicale de l'aile. En dessous, l'aile postérieure et l'extrémité de l'aile antérieure sont jaune pâle, avec les nervures surlignées de vert noirâtre foncé. Chez la femelle, qui peut être blanche ou jaune pâle, les nervures sont largement sur lignées de noir sur le dessus des ailes, et l'aire postmédiane et le bord interne de l'aile antérieures ont marqués de taches foncées.

Sous-espèces : La sous-espèce nominale, décrite de Keno, au Yukon, se rencontre au Canada.

Répartition géographique : Le P. angelika vole dans tout le Yukon, dans le nord-ouest des Territoires du nord-Ouest et de la Colombie-Britannique et en Alaska.


Données sur les collections de spécimens

Espèces semblables : Chez la piéride des crucifères (P. oleracea), plus grande, les ailes sont plus rondes et pratiquement dépourvues d'écailles sombres sur le dessus, et en dessous, la bordure d'écailles foncées qui recouvre les nervures est plus étroite et plus nette. Chez le P. marginalis, le bord externe de l'aile antérieure n'est pas marqué d'une fine ligne noire chez le mâle et, chez les deux sexes, la bordure d'écailles qui recouvre les nervures en dessous de l'aile est plus pâle et moins netteque chez le P. angelika. [images comparatives]

Stades immatures : Les stades immatures demeurent inconnus à ce jour.

Abondance : Le P. angelika est commun au Yukon, mais peu commun dans l'ouest des Territoires du Nord-Ouest et le nord-ouest de la Colombie-Britannique.

Période de vol : Le P. angelika produit une génération par année et vole de la fin de mai à la fin dejuillet.

Comportement et habitat : Le P. angelika se rencontre dans les boisés humides et les milieux ouverts adjacents jusqu'à la toundra alpine, au-delà de la limite des arbres.

Observations : Le nom scientifique de cette espèce risque de changer dans le futur. On trouve dans la littérature spécialisée traitant de la faune de l'Alaska et des régions adjacentes de la Sibérie un certain nombre de noms plus anciens que le Pieris angelika Eitschberger, 1981. Un de ces noms pourrait éventuellement remplacer le nom actuel. On ignore encore le nombre exact d'espèces qui volent dans le nord-ouest de l'Amérique du Nord et l'est de l'Eurasie, et l'application d'un nom à chacune de ces espèces reste à faire.

La description de cette image suit.
Pieris angelika angelika. Rivière Firth, Monts British, Yn. J.D. Lafontaine

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.