Pieris marginalis (Scudder, 1861)

Description : Le Pieris marginalis ressemble à la piéride des crucifères (P. oleracea) et la remplace dans l'Ouest. En dessous, la bordure d'écailles sombres qui recouvre les nervures est plus terne, plus diffuse, vert grisâtre au lieu de vert foncé très contrasté comme chez la piéride des crucifères. Chez la femelle, cette bordure est plus ou moins accentuée, et l'aile antérieure est ornée d'une tache foncée près du milieu et d'une autre sur le bord interne. Les femelles qui vivent à haute altitude ou dans des milieux plus humides sont plus foncées que celles qui vivent à faible altitude ou dans des habitats plus secs. Les adultes de la deuxième génération (principalement dans le sud de la Colombie-Britannique) sont en grande partie blancs, mais les femelles montrent les deux taches foncées caractéristiques sur l'aile antérieure. Envergure : 35 à 47 mm.

Sous-espèces : Seule la sous-espèce nominale se rencontre au Canada.

Répartition géographique : Le P. marginalis est présent dans le sud-est de l'Alaska, en Colombie-Britannique et dans les Rocheuses du sud-ouest de l'Alberta (une population isolée vit dans les collines du Cyprès, le long de la frontière entre l'Alberta et la Saskatchewan) et se rencontre vers le sud jusqu'au Nouveau-Mexique, en Arizona et en Californie.


Données sur les collections de spécimens


Espèces semblables : Le P. marginalis ressemble beaucoup à la piéride des crucifères (voir la description du P. oleracea, ainsi que la description ci-dessus). [images comparatives]

Stades immatures : La chenille est semblable à celle de la piéride des crucifères et, comme cette dernière, se nourrit sur des brassicacées.

Abondance : Le P. marginalis est relativement commun dans la majeure partie de son aire au Canada.

Période de vol : En Alberta et dans la majeure partie de la Colombie-Britannique, le P. marginalis produit une seule génération par année et vole du milieu de mai au début d'août. Dans le sud de la Colombie-Britannique, une première génération émerge au début d'avril, et une deuxième en juillet et en août.

Comportement et habitat : Ce papillon se rencontre dans divers types d'habitats, depuis les pinè desclairsemées sèches aux forêts conifériennes humides de la côte du Pacifique.

Observations : Le P. marginalis vole en compagnie du P. oleracea dans les contreforts des Rocheuses en Alberta et dans le nord-est de la Colombie-Britannique, et du P. angelika dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique.

© 2003. Traduit de l'anglais avec la permission de Ross A. Layberry, Peter W. Hall et J. Donald Lafontaine (The Butterflies of Canada, University of Toronto Press; 1998). Photos de spécimens courtoisie de John T. Fowler.